Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > 26 000 agriculteurs disent non aux OGM

26 000 agriculteurs disent non aux OGM

Plus prudents qu’hostiles, les 26 000 agriculteurs adhérents à la coopérative Terrena. Après une très large consultation, ils viennent de renoncer aux OGM. Une première en France.

Selon ouest-france.fr, c’est « la plus importante coopérative polyvalente française ». Son siège est à Ancenis, en Loire-Atlantique, et elle compte 26 000 adhérents. « Elle a consulté sa base tout au long du mois de janvier. Avec non seulement des questionnaires individuels, mais aussi 34 réunions débats. Au printemps dernier, la décision de la direction de semer 35 hectares de maïs OGM Mon 810 destiné à la production de semences avait provoqué un tollé, y compris chez ses adhérents ».

« Près de 12 % des 26 000 adhérents de Terrena ont répondu au questionnaire, rendu public mercredi 5 mars, que leur avait distribué en janvier la coopérative et leur jugement est sans appel : ils sont 66 % à estimer que les cultures OGM ne constituent pas une réponse à la demande croissante de produits agricoles et 54 % qu’elles représentent un vrai danger pour la diversité des filières et des modes de production. Les agriculteurs interrogés sont ainsi 61 % à être favorables au maintien du moratoire sur les OGM, "le temps que les recherches avancent" », précise lemonde.fr

« "Les adhérents nous demandent d’être prudents à court terme, sans pour autant vouloir exclure cette technologie", analyse Marcel Placet, vice-président de la coopérative agricole. Pour "ne pas décrocher", Terrena va donc lancer une "veille technologique active" sur les semences transgéniques. La coopérative réclame en outre des pouvoirs publics la création de "structures de concertation régionales" » rapporte lepoint.fr.

Selon ouest-france.fr, « l’enjeu est d’importance pour Terrena qui veut développer les filières bio (actuellement 1,2 % du chiffre d’affaires). Elle propose que la loi instaure des instances régionales de concertation où seraient établies, par territoire, les règles de coexistence. La coopérative s’engage par ailleurs à maintenir "autant que cela sera possible" une offre en soja non OGM pour ses éleveurs ».


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles







Palmarès