Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > 92 suicides en prison depuis le début de l’année

92 suicides en prison depuis le début de l’année

La France, plus mauvais élève européen en matière de détention et de réinsertion des délinquants. Au printemps dernier, le docteur Louis Albrand avait refusé de remettre son rapport définitif sur la prévention du suicide en prison. Il annonce aujourd’hui la création d’un groupe de travail œuvrant sur le même sujet, sous la présidence de l’ancien garde des sceaux Albin Chalandon.

Président de la commission sur la prévention du suicide en milieu carcéral, le docteur Louis Albrand avait déclaré le 2 avril dernier qu’il ne rendrait pas son rapport définitif sur la prévention du suicide en prison à la Garde des sceaux de l’époque, Rachida Dati.
 
Selon M. Albrand, le rapport définitif ne correspondait pas aux conclusions de texte préparatoire remis en décembre 2008. « Avec Rachida Dati, on a perdu deux ans », estime Louis Albrand dans une interview accordée au Monde aujourd’hui. Il rappelle le discours de Nicolas Sarkozy qui, lors de son discours de Versailles, le 22 juin dernier, avait souligné que « l’état de nos prisons est une honte pour la République  ».

Selon l’association Ban public, la France totaliserait 92 suicides ou morts suspectes dans ses prisons depuis le début de l’année 2009. La majorité de ces décès serait due à la surpopulation (62700 détenus pour 51000 places).

D’ores et déjà un groupe composé, rapporte le Monde, d’anciens ministres, hauts fonctionnaires, magistrats, personnel pénitentiaire, médecins, anciens détenus, journalistes, écrivains « observera la politique de Michèle Alliot-Marie d’un œil critique  ». Sa composition précise sera donnée en septembre.
 
Dès le mois d’octobre il accouchera de propositions. L’un des axes prioritéaires, selon M. Albrand serait la construction de prisons plus petites, à taille humaine, faisant appel à des capitaux privés. Il faudrait également améliorer la formation des personnels. Selon le médecin deux tiers du personnel pénitentiaire doit en bénéficier ainsi que les travailleurs sociaux, le personnel médical et même les codétenus.
 
Dans son rapport le Dr Albrand préconisait également, afin de détecter le risque suicidaire, d’associer les proches du détenu ainsi que d’autres acteurs du monde pénitentiaire comme les aumôniers ou les enseignants.

Pour lui, « l’administration pénitentiaire a la culture du secret et se prévaut d’une éthique et d’un savoir faire ».

 

Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès