Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > A Nantes la « Folle journée » célèbre Bach

A Nantes la « Folle journée » célèbre Bach

Jean-Sébastien Bach l’inépuisable, le moderne, l’intemporel. Toujours actuel. Le compositeur né en 1685 à Eisenach et mort à Leipzig en 1750 est fêté à Nantes jusqu’au 1er février, lors de la Folle journée. Cette édition, loin de cantonner Bach au rôle de grand ancêtre le place comme un novateur qui inspire encore et toujours les musiciens d’avant-garde : rockeurs, jazzmen ou rappeurs. 

De Jacques Loussier à Django Reinhardt, du guitariste virtuose Yngwie Malmsteen à Keith Jarrett chacun dans son propose style s’est frotté à Bach. Uri Caine, l’un des fleurons de la scène jazz new yorkaise, invité de la Folle journée cette année, offrira au public une interprétation des Variations Goldberg, monument musical visité et hanté par Glenn Gould.

Le violoncelliste Henri Demarquette questionné par ouest-France.fr, estime qu’il y a dans Bach « tous les éléments musicaux qui nourrissent le jazz ». Bach c’est le rythme ; Pour Jean-François Zygel, pianiste, compositeur et animateur de la Boîte à musique sur France 2, Bach c’est « une rythmique régulière, carrée, sur laquelle il est facile de danser ».

Mais ceci n’explique pas l’engouement toujours actuel pour le compositeur. Un engouement qui serait, d’après certains spécialistes, de l’ordre du spirituel. C’est l’avis de Jean-François Zygel : « On a beau vivre dans une société athée, la question religieuse demeure. Quand les groupes actuels ne peuvent pas tellement parler de Dieu, ils reprennent Bach, dont la musique est imbibée de religion, une façon indirecte de donner un sentiment de grandeur. ».

Ce sentiment les spectateurs auront le plaisir de le ressentir à nouveau s’ils se rendent à Nantes ce week-end lors de Folle journée, un festival de musique classique vraiment différent, à la fois exigeant et populaire dont le but annoncé est bien de casser les codes soi-disant véhiculés par la « grande » musique encore trop jugée élitiste et réservée à une certaine classe.

Comment ? Tout simplement en démocratisant ses tarifs, en sortant la musique de la salle de concert à travers des rencontres entre les musiciens et le public dans la ville, les écoles, etc., en écourtant la durée des récitals…

Depuis longtemps déjà la Folle journée de Nantes sait répondre aux attentes des mélomanes d’aujourd’hui et de demain. Aujourd’hui avec Bach et demain ? Avec Bach !

La Folle journée



Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles







Palmarès