Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Alcool frelaté, nouvelle roulette russe

Alcool frelaté, nouvelle roulette russe

Aujourd’hui ce sont plus de quatre cents personnes qui ont été intoxiquées par une ingestion d’alcool frelaté dans la région de Pskov, au Nord-Ouest de la Russie, et quinze sont mortes ; en septembre, les nouvelles venaient du Sud et de l’Ouest de Moscou, cinq cents malades, dix-sept morts pour la même cause. A Belgorod, au Sud du pays, 912 malades, 44 morts. A Irkoutsk, en Sibérie, 559 malades, 19 morts. Au cours des dernières semaines, 2500 malades, 101 morts. Chaque année, ils sont 42 000 à mourir empoisonnés, selon les statistiques officielles russes.

L’alcool frelaté, on le fabrique avec les moyens du bord, un alcool brut mélangé à du méthanol, un alcool industriel dont la consommation est « strictement interdite » à l’être humain, un mélange de cola et de produit ménager (le « frémok »), etc. Des recettes très pathogènes, souvent mortelles.

Depuis les années 1990, la population décline en Russie : le taux de natalité baisse (8,4 pour mille), le taux de mortalité croît (14,7 pour mille). Ce sont les hommes les plus touchés : un homme de vingt ans sur deux peut espérer vivre jusqu’à soixante ans (pour un Américain c’est neuf chances sur dix) ; l’espérance de vie d’un homme est meilleure au Guatemala, en Indonésie, en Irak, au Mexique, aux Philippines... qu’en Russie. Et la situation s’aggrave.

Dans les années 1980, Mikhail Gorbatchev s’était attaqué au fléau de l’alcool : limitation de la production d’Etat, interdiction des distilleries clandestines et de la production domestique, augmentation des prix, traitement médical obligatoire pour les alcooliques... Mais Boris Eltsine a réintroduit ce que des caricaturistes russes ont appelé « l’alcoolisation générale du peuple » : disparition du monopole d’Etat sur les produits alcoolisés, multiplication dans les centres urbains de baraques à alcool ouvertes jour et nuit sans interruption. De 1988 à aujourd’hui, la consommation d’alcool par habitant et par an est passée de moins de 11 litres à plus de 14 litres, et comme l’alcool « comestible » est trop cher pour beaucoup de Russes, on compte en 2005 36 000 morts par ingestion d’alcool frelaté, qui s’ajoutent aux 46 000 suicides, 40 000 morts par accident de la circulation et 35 000 victimes de meurtres.


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (216 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès