Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Aliments et cancers, tout est lié

Aliments et cancers, tout est lié

Un livre vient de paraître au Canada sur les vertus de la nourriture contre le cancer. Les auteurs, Drs Richard Béliveau et Denis Gingras démontrent dans leur ouvrage que les aliments ont une certaine responsabilité sur la prévention des cancers. Leur livre est très ludique, il explique avec soin que certaines molécules anti-cancéreuses se trouvent dans des aliments qu’il est bon de ne pas négliger. Les brocolis sont un exemple.

Les aliments auraient donc un pouvoir préventif. Depuis quelques années, de nombreux chercheurs se penchent sur la question. De nombreuses thérapies différentes voient le jours et sont testées : les thérapies anti-angiogéniques, la nutrathérapie etc.

Le cancer est un des fléaux des plus meurtriers, les populations des pays développés en Amérique du Nord, en Europe ou en Océanie sont fortement touchées. Les chercheurs scientifiques s’interrogent donc sur la raison de la géographie de ces maladies, ils ont observé de près les habitudes alimentaires des pays dans lesquels on recense moins de cancers, comme en Chine, en Inde ou au Japon. Ils ont essayé de déterminer des aliments protecteurs.

Les Drs Richard Béliveau et Denis Gingras font le point dans leur ouvrage "Les Aliments contre le cancer" sur les dernières avancées en la matière. Il ne s’agit pas de préconisations directes qui assureraient au lecteur des recettes et une protection certaine contre le cancer. Il s’agit davantage d’éclairer le lecteur sur les recherches actuelles et d’analyser certaines traditions culinaires de différentes régions du monde.


Les conclusions de l’ouvrage montrent qu’un taux faible de cancer s’accompagne généralement de forte consommation de végétaux. Ainsi, les fruits et les légumes sont des produits clés pour notre organisme. En outre des produits plus spécifiques peuvent s’avérer protecteurs si la consommation est faite avec modération : on peut citer notamment, le chocolat noir, le vin rouge, le thé vert, mais aussi le chou et l’ail.


Le livre des Drs Richard Béliveau et Denis Gingras ne doit donc pas être compris comme un guide normatif de produits salvateurs, mais doit permettre au lecteur de comprendre et d’adopter des habitudes alimentaires et des curiosités gastronomiques qui peuvent aider à long terme à façonner un corps sain. Les auteurs pointent du doigt les risques liés à l’obésité mais aussi les risques liés au développement d’une culture du fast-food qui fait perdre le goût pour la diversité.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès