Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Au Soudan les nounours ne sont pas prophètes en leur pays

Au Soudan les nounours ne sont pas prophètes en leur pays


40 coups de fouet, un an de prison ou une amende, voilà ce que risque Gillian Gibbons. Quel est donc le crime qu’a commis cette enseignante anglaise de 54 ans ? Etre coupable de blasphème, selon la justice soudanaise.

Oui, blasphème. Il faut s’y faire, si ce mot disparaît progressivement des dictionnaires européens, il fait partie des termes couramment utilisés dans les pays qui mettent la charia avant les lois.

Pourtant les intentions de Gillians Gibbons étaient pures. « Partie au Soudan pour exercer sa profession d’enseignante à l’Unity High School de Khartoum, rapporte Le Post, elle a voulu donner des cours vivants à ses élèves. Et pour ce faire, elle a pris pour mascotte un ours en peluche, dans le cadre de cours de sciences naturelles sur les différentes espèces d’animaux. Et pour le personnaliser, elle a demandé à ses élèves de choisir un nom à la bestiole.... et les petits ont choisi "Mahomet". »

Voilà, c’est aussi bête que ça, mais Gillians Gibbons a été inculpée hier, mercredi 28 novembre, « d’incitation à la haine, offense envers la religion et mépris des croyances religieuses ». Ce sont des parents d’élèves qui ont porté plainte contre elle.

En Grande-Bretagne, où l’on ne pratique plus officiellement « l’éducation anglaise », le Foreign office a réagi en convoquant l’ambassadeur soudanais. Pour l’instant, paraît-il, Gillians Gibbons se porte bien et est bien traitée.

Oui, mais traitée de quoi ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Les thématiques de l'article


Palmarès