Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Belgique : 100 jours de crise, et le pays mis en vente sur Ebay

Belgique : 100 jours de crise, et le pays mis en vente sur Ebay

Le mardi 18 septembre les Belges « fêtent » les cent jours de flottement que le royaume fritier traverse depuis les dernières élections législatives. Les porte-paroles les plus en vue des formations politiques ne se sont toujours pas mis d’accord sur la formation d’un gouvernement, et les positions de part et d’autre de la frontière linguistique se cristalisent. Un phénomène assez préoccupant se dessine puisque la scission du royaume, qui relevait jusqu’à présent de la politique fiction, devient quasiment envisageable, et près d’un Flamand sur deux dit aujourd’hui vouloir l’indépendance de la Flandre.

Les quotidiens du pays consacrent par conséquent aujourd’hui leur « une » à cette échéance symbolique, avec l’espoir que la rentrée parlementaire, le 9 octobre prochain, verra s’accélérer la formation d’une coalition. En 1987, il a certes fallu atteindre 147 jours pour qu’un gouvernement soit mis sur pied, mais le poid électoral des formations nationalistes flamandes était alors sans commune mesure avec ce qu’il représente aujourd’hui, et les Flamands sont toujours plus nombreux à se déclarer excéder par les transferts financiers vers la Wallonie, bien moins riche.

Les discussions capotent pour des raisons d’ordre institutionnel, et les libéraux, que les francophones ont portés à la victoire, n’arrivent pas à s’entendre avec les démocrates-chrétiens, grands gagnants en Flandre. Yves Leterme, un temps grand favori pour occuper le poste de Premier ministre, multiplie les maladresses. Lorsqu’on lui demande de chanter La Brabançonne (l’hymne national belge), il entonne La Marseillaise. Lorsque les Wallons refusent davantage d’autonomie aux régions, il tente de les amadouer avec de l’argent. Le roi Albert II, dans ce contexte, a nommé un explorateur, le démocrate-chrétien Herman van Rompuy, qui est un vieux démineur ayant une expérience des crises politiques.

Alors que les quotidiens, à l’image du Soir, consacrent des éditoriaux à la mesure de leur inquiétude, un ancien journaliste flamand a mis la Belgique en vente sur le site Ebay, avant que celle-ci fusse retirée, et les enchères ont atteint dix millions d’euros. Le titre de l’annonce « La Belgique, un royaume en trois parties » avait de quoi provoquer. L’auteur de cette plaisanterie n’avait pour but que d’attirer l’attention de l’opinion internationale sur son pays.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès