Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Caster Semenya hermaphrodite ?

Caster Semenya hermaphrodite ?

La femme a gagné. Mais l’homme pourrait perdre. Selon The Sydney Morning Herald Tribune qui le premier avait émis des doutes sur le sexe de Semenya, la championne sud-africaine qui avait remporté les 800 mètres aux mondiaux de Berlin serait hermaphrodite. La polémique déclenchée au moment de sa victoire avait contrait la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) à faire procéder à des examens sanguins et chromosomiques ainsi qu’à des tests gynécologiques. Ces derniers démontreraient que la coureuse possède à la fois le sexe masculin et féminin. Si cette information est avérée la championne, âgée de 18 ans, serait disqualifiée. Un cas qui n’est pas unique dans l’histoire du sport.
 
Caster Semenya ne possède pas d’ovaire, mais des testicules internes. De fait elle produit de la téstostérone, ce qui l’avantage sur ses concurrentes. C’est d’ailleurs ces dernières qui, après son temps record de 1’55"45 sur le 800 mètres à Berlin, ont commencé à braquer les projecteurs sur cette athlète inconnue du grand public quinze jours auparavant. 
 
L’Italienne Elisa Cusma, sixième lors de cette finale a déclaré à l’issue de la course que selon elle, « c’est clair, c’est un homme ».On aurait pu en rester là et considérer que la perdante manquait de fair play, mais l’affaire a pris des proportions inattendues. La Fédération Internationale d’Athlétisme, l’IAAF, par la voix de son secrétaire général, Pierre Weiss, avait déclaré lors d’un point de presse qu’il n’y avait aucune preuve que Caster ne soit pas une femme, mais juste « un doute visuel », propos qui avaient déclenché la colère de l’Afrique du Sud, toute entière derrière sa championne.
 
« S’il s’avère que « la fille en or » d’Afrique du sud est un homme, son nom, avait alors précisé Pierre Weiss, serait retiré de la liste des vainqueurs ». Un cas particulier. Car la championne n’a pas gagné pour raison de dopage. 
 
Un cas qui, rappelle le blog Contrepied « n’est que le dernier d’une longue série de controverses sur le sexe de certaines championnes » telles que Zdena Koubkova, Dora Ratjen, Léa Caurla, Claire Bressolles, Tamara et Irina Press, Ewa Kłobukowska, Erika Schinegger, Santhi Soundarajan...
 
Jeudi, le secrétaire général de la fédération internationale affirmait que « la fédération internationale ne rendrait son arbitrage sur le cas de Caster Semenya que le 20 ou le 21 novembre, à l’occasion du conseil exécutif de l’IAAF. 

Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès