Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Chères personnalités

Chères personnalités

Elles sont plus de 60 à bénéficier du SPHP. Parfois sans raison. Juste pour le confort. Le service de protection des hautes personnalités emploie près de 800 hommes. La Cour des comptes épingle le fonctionnement de cette singularité française qui, en temps de crise, ne passe pas.

Le SPHP protège le chef de l’état, les membres du gouvernement et les chefs d’état en visite en France (y compris durant leurs voyages privés). Mais aussi les anciens membres du gouvernement - comme Pierre Joxe, Charles Pasqua, Jean-Pierre Chevènement - et même les ex candidats à la présidentielle (François Bayrou et Ségolène Royal).
 
Le Parisien révèle qu’en 2008 les frais d’escorte de l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin pour ses seuls déplacements ont coûté 94 562 euros.

Europe 1 cite l’exemple édifiant de Michel Charasse, ancien ministre du Budget de François Mitterrand et actuel membre du Conseil constitutionnel : deux officiers de sécurité sont installés dans le village auvergnat de Puy-Guillaume, un village de 2 620 habitants.
 
Selon Le Figaro, Michel Charasse facture au SPHP la location du studio lui appartenant, dans lequel sont hébergés les deux policiers. Le loyer est certes très modeste : 126 euros par mois. Mais la Cour trouve « regrettable qu’une personnalité protégée par le SPHP ait tiré profit de la location des logements affectés à sa sécurité ». Michel Charasse a fait savoir que la facturation de ce loyer lui avait été demandée par le SPHP...

Après avoir été dénoncé par l’Inspection générale de la police et la direction administrative de la police nationale ce gaspillage est pointé par la Cour des comptes dans un rapport provisoire révélé lundi par le Parisien et qui vient d’être adressé au ministère de l’Intérieur qui est en train de l’étudier.

Selon Le Figaro, le ministère dispose de deux mois pour répondre aux observations de la juridiction et remettre en cause éventuellement les erreurs d’analyse et d’appréciation.

Le SPHP a été créé à la suite de l’assassinat du roi Alexandre de Yougoslavie en France en 1934, rappelle Europe1. Par la suite ses missions se sont multipliées jusqu’à protéger des personnalités françaises comme étrangères ou des hauts fonctionnaires, préfets, journalistes, écrivains et artistes qui font l’objet de menaces précises.

Près de 800 policiers sont ainsi mis à disposition sans véritables critères. Europe1 rappelle le cas de Rachida Dati qui, en mars dernier, du jour au lendemain n’a plus bénéficié de sa protection. L’ancienne Garde des sceaux a bénéficié d’une protection d‘un mois en août 2009, lors d’un séjour au Maroc, alors qu’elle avait quitté le gouvernement deux mois plus tôt.
 
Le pré-rapport de la Cour des comptes préconise de réduire au plus vite les dépenses de cette unité d’élite en supprimant ce que les magistrats de la Rue Cambon appellent « des missions de confort ».
 
Le Figaro précise que le ministère de l’Intérieur s’est penché sur le sujet voilà deux ans et qu’une commission doit rendre un avis pour décider de l’attribution ou du maintien de gardes du corps. Dans son pré-rapport la Cour des comptes préconise de limiter les protections des ex-premiers ministres et ex-ministres de l’Intérieur à un an après l’arrêt de leurs fonctions.

On pourrait effectuer des économies substantielles en supprimant les protections des personnalités étrangères en visite privée en France (plus de 158 000 euros de frais de mission en 2008 pour ce dernier type de prestations).

 

Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès