Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Claude Olievenstein, le « psy des toxicos » est mort

Claude Olievenstein, le « psy des toxicos » est mort

« Il n’y a pas de drogués heureux ». Ce livre a été, dans les années 70, un best-seller. Et son auteur, le médecin Claude Olievenstein, un pionnier. Né en 1933 à Berlin,  « Olive » est mort à Paris dimanche 14 décembre à l’âge de 75 ans. Claude Olievenstein avait fondé l’hôpital Marmottan à Paris.

Claude Olievenstein avait pris sa retraite en 2001. Il avait la maladie de Parkinson. Claude Olievenstein, c’est une époque et c’est aussi un manière novatrice de traiter la toxicomanie.

Dans Libération un commentaire rappelle qu’on « mesure trop peu l’importance et le pouvoir d’innovation du Dr.Olievenstein en terme d’approche des drogues. Ce qui paraissait anathème en 1960, est maintenant admis de tous ».

« Claude Olievenstein est devenu psychiatre en 1968, après avoir consacré sa thèse au LSD. Lorsqu’en 1971, il fonde l’hôpital Marmottan, lieu d’écoute et de paroles pour les drogués dans le XVIIe arrondissement de Paris… il se heurte à une levée de boucliers des riverains, mais aussi à l’hostilité d’une grande partie de la communauté médicale qui considère à l’époque que le sevrage est la seule façon de guérir les toxicomanes » rappelle Libération.

En 1977 il publie Il n’y a pas de drogués heureux qui deviendra un best-seller et passer en livre de poche…et à la télévision où on le reconnaît d’emblée avec sa tignasse et le calme de ses réparties. C’est, dit le monde « le contradicteur idéal des hommes politiques au discours sécuritaire. Eux voient dans les toxicomanes des délinquants, des dangers publics ; lui insiste sur une approche de clinicien, mais n’oublie pas de citer comme moteur la recherche du plaisir ».

37 ans après l’ouverture de Marmottan, l’hôpital continue d’exister. Mais l’hostilité des riverains est toujours là : « Nous nous demandons tous les six mois si nous n’allons pas fermer » expliquera au quotidien Le Monde Marc Valleur, qui a succédé au professeur Olievenstein comme directeur du centre en mars 2000.

Le Figaro rappelle que Claude Olievenstein « demande dès 1984 la mise en place d’un programme d’échanges de seringues pour limiter l’expansion du Sida. Il faudra attendre 1994 pour que ces programmes soient autorisés par décret de Simone Veil ».



Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles







Palmarès