Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Compléments alimentaires complètement inutiles ?

Compléments alimentaires complètement inutiles ?

La Direction générale de la consommation, de la concurrence, de la répression des fraudes (DGCCRF) travaille bien. En 2008, cet organisme d’état a testé avant leur mise sur le marché des dizaines de compléments alimentaires. Sur 1 760 contrôles 220 anomalies ont été constatées. Elles portent principalement sur des affirmations commerciales trompeuses ou des incohérences du point de vue de l’étiquetage. Selon la DGCCRF, qui publie ses résultats dans Concurrence et consommation, son bulletin trimestriel publié le 15 avril, 35 % des entreprises inspectées sont en infraction. C’est ce que révèle.

L’utilité et l’efficacité des compléments alimentaires est régulièrement mise en cause. Mais cette fois, cela pourrait être un coup de massue pour les industriels et les as du marketing qui ne cessent de vanter leurs potions magiques et produits miracle dont les vertus censées lutter pêle-mêle contre le vieillissement, l’obésité, la perte de mémoire…

Ces gélules sont devenues en quelques années un véritable phénomène de société au point que certains consommateurs ne les considèrent plus comme des compléments, mais comme des aliments.

Selon les spécialistes la France serait championne dans ce domaine puisque plus de 28.000 compléments alimentaires sont disponibles sur le marché. Mais avant d’en arriver là, ces poudres de perlimpinpin doivent obtenir un accord du ministère de l’industrie. Pourquoi l’industrie et pas la santé ? Mystère… En 2008 la DGCCRF (pourquoi la consommation et pas la santé ?) a passé au peigne fin 500 entreprises fabriquant et commercialisant ces compléments.

Il suffisait tout simplement pour les enquêteurs de vérifier que ce qui est inscrit sur les étiquettes correspond avec le contenu, puis d’analyser ce contenu. Parfois certains produits entrant dans la composition de ces compléments sont purement et simplement interdits en France ou ne se conforment pas à la réglementation en vigueur. Ce que révèle également cette enquête c’est un défaut d’auto-contrôle et de traçabilité des produits issus de cette industrie.

Mais Concurrence et consommation ne se contente pas de pointer les dysfonctionnements d’une industrie qui prospère sur un certain malaise. Elle donne aussi des conseils que relève le site plurielles. Par exemple « elle recommande au consommateur de ne pas associer des produits vantant les mêmes propriétés » (elle déconseille de cumuler deux compléments alimentaires minceur).
 
Selon la même source elle recommande aussi d’éviter d’acheter des compléments sur des sites Internet hébergés hors de l’Union européenne. Il est aujourd’hui avéré que nombre de ces sites webs indiens, chinois, ukrainiens, etc. sont peu regardant sur la provenance des ingrédients et sur les posologies.

 

Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles







Palmarès