Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Connaissez-vous le chiffre symbolique : 6,5 milliards ?

Connaissez-vous le chiffre symbolique : 6,5 milliards ?

Nous sommes 6,5 milliards d’hommes sur Terre, annoncent les statistiques de l’Onu. Sommes-nous trop nombreux ? Le malthusianisme risque-t-il de revenir en force ? Faut-il avoir peur du nombre ? Peur des ressources limitées sur Terre ? Peur de l’immense consommation de masse que cela va engendrer à terme ? Peur de l’autre, tout simplement, qui a une culture différente ? Peur de la différence et des antagonismes potentiels ? Nous sommes 6,5 milliards d’hommes à devoir cohabiter : est-ce réalisable ?

Le seuil des 6,5 milliards d’individus aurait été atteint lundi 19 décembre : une date à retenir donc.

Pour les démographes, ce seuil devait être atteint en 2005, il était prévu, et il ne change pas grand chose à la vie de tous les jours pour chacun des 6,5 milliards d’individus. Le chiffre est d’ailleurs symbolique, il a pu être dépassé depuis quelques années (une certaine marge d’incertitude est à prendre en compte dans les différents recensements). Il n’est pas possible de réaliser un recensement mondial sans une certaine marge d’erreur qui peut faire varier le résultat final (dans certains pays, notamment les pays en guerre, il est toujours difficile par exemple de réaliser un recensement fiable). Le chiffre est surtout représentatif d’un mouvement de croissance régulier et de plus en plus rapide de la population mondiale. En effet, la population s’est accrue d’un demi-milliard de personnes en l’espace de 5 ans.

Il faut donc comptabiliser chaque jour environ 365 000 nouveaux-nés. La grande majorité naît en Asie (57%) et en Afrique (26%) ; l’Amérique latine, l’Europe et l’Amérique du Nord participent pour une faible partie, explique le démographe Gilles Pison, responsable de la communication scientifique à l’INED (l’Institut national des études démographiques) à l’AFP. Si l’on déduit de ce chiffre les hommes qui meurent chaque jour, la population s’accroît de 210 000 personnes tous les jours.

On peut se demander ce qu’il en sera de la population mondiale en 2050 si la croissance continue à ce rythme. En réalité, les démographes prévoient un ralentissement de la croissance démographique : les prévisions de 15 milliards d’hommes sont réestimées à 9 ou 10 milliards. La raison principale est que de nombreuses zones du monde ont un taux de fécondité en dessous du seuil (baisse de la fécondité) qui assure le renouvellement des générations, ce taux est fixé en général à 2 enfants par femme). Les régions du monde où ce seuil n’est pas atteint se situent en général dans les zones les plus développées de la planète. Le continent africain connaît actuellement une forte croissance démographique, malgré les maladies « tueuses » comme le Sida qui est très présent dans la population et notamment chez les jeunes. La population pourrait continuer à croître pour atteindre plus de 2 milliards d’individus en 2050, selon les estimations des démographes.

Quand on aborde la question de la démographie, il est difficile de ne pas discuter des régions asiatiques qui connaissent une forte croissance de population, malgré les efforts de certains pays pour la limiter, comme en Chine avec la politique de l’enfant unique. Toutefois la Chine ne devrait pas compter plus d’habitants en 2050 qu’aujourd’hui, les 1,3 milliard de Chinois devraient se stabiliser à terme vers 1,5 milliard. Il faut attendre davantage en revanche de l’Inde qui pourrait connaître une véritable explosion démographique.

Actuellement, la répartition des habitants de la Terre est la suivante : l’Asie compte 3 905 millions d’habitants, l’Afrique 905 millions d’habitants, l’Europe 728 millions d’habitants, l’Amérique du Nord : 330 millions d’habitants et l’Océanie 33 millions d’habitants.

La prochaine date clé : les 7 milliards d’habitants. Les démographes la prévoient vers 2012 ou 2013. Principalement, la population va croître et se concentrer dans les pays en développement. La question est donc de savoir si cette évolution va leur permettre de rattraper leur retard économique, ou si au contraire elle va les désavantager face au reste du monde. Le doublement de la population en Afrique ou le formidable marché de consommation de masse en Asie ne risquent-ils pas d’accroître des tensions géopolitiques ? D’autres questions émergent, toutes aussi importantes les unes que les autres : doit-on attendre une explosion des zones urbaines ? La population va-t-elle se concentrer dans les villes avec tous les risques et les déséquilibres que cela engendre ?

Une chose est sûre, la probabilité qu’on trouve son prince charmant ou sa princesse devrait s’accroître jusqu’en 2050 !

Source
Institut National Etudes Démographiques

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès