Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Débat télévisé Schröder-Merkel à deux semaines des législatives du 18 (...)

Débat télévisé Schröder-Merkel à deux semaines des législatives du 18 septembre

BERLIN (AP)

Le chancelier allemand Gerhard Schröder et sa rivale conservatrice Angela Merkel s’affrontent ce dimanche soir lors d’un débat télévisé qui offre une chance aux deux candidats de s’attirer les faveurs des électeurs indécis à deux semaines des législatives anticipées du 18 septembre.

Ce duel de 90 minutes, retransmis en direct (18h30 GMT) par quatre chaînes avec une audience potentielle de 15 millions de téléspectateurs, donne à M. Schröder, très à l’aise devant les caméras, l’occasion de refaire une partie de son retard, les chrétiens-démocrates (CDU) de Mme Merkel devançant de plus de dix points dans les sondages les sociaux-démocrates (SPD) de l’actuel chancelier.

En Allemagne, les premiers débats télévisés opposant le chef du gouvernement sortant à son challenger ne datent que des dernières élections législatives, en 2002. Gerhard Schröder, relancé par son opposition à la guerre en Irak et sa gestion décisive des inondations, avait alors brillé face au conservateur Edmund Stoiber, finalement battu sur le fil.

Bien qu’Angela Merkel dispose cette fois d’une très confortable avance, rien ne dit que la CDU et son allié, le Parti libéral (FDP), obtiendront les voix suffisantes à l’obtention d’une majorité au Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand. Si tel n’était pas le cas, Mme Merkel pourrait même se voir contrainte de former une « grande coalition » avec le SPD de M. Schröder.

« Un changement conduisant à une coalition élargie après les élections est tout à fait possible » dans la foulée du débat de dimanche, confirme Manfred Güllner, directeur de l’institut de sondage Forsa, dans les colonnes du tabloïd « Bild ».

Donné favori de cet exercice télévisé, Gerhard Schröder s’est pourtant employé à en minimiser les conséquences, affirmant au quotidien « Generalanzeiger » que « nous ne devrions pas accorder trop d’importance à ce débat ».

Selon un sondage de l’institut Forschungsgruppe Wahlen publié vendredi, 48% des personnes interrogées s’attendaient à voir le chancelier sortant remporter ce duel, contre seulement 11% pour sa rivale conservatrice. Toutefois, 34% pensaient qu’il n’y aurait pas de vainqueur évident.

Cette même enquête, dont la marge d’erreur est de plus ou moins 2,7 points de pourcentage, accorde à la CDU et au FDP respectivement 43% et 7% des intentions de vote, ce qui offrirait à Mme Merkel la majorité absolue qu’elle recherche. Le SPD n’obtient que 32% du vote potentiel, ses alliés Verts 7% et le nouveau Parti de gauche, alliance d’ex-communistes et d’ancien sociaux-démocrates, 8%.

Contrairement aux précédentes élections, marquées par deux duels télévisés, le débat de dimanche soir sera le seul de la campagne électorale, Mme Merkel ayant refusé toute autre rencontre pour cause de manque de temps.

Bien placée pour accéder à la chancellerie, ce qui serait une première pour une femme, Angela Merkel entend incarner une « volonté de changement » après sept années d’« échec rouge-vert ». Pour ce faire, elle a essentiellement centré sa campagne sur le thème de la stagnation économique de l’Allemagne et sur le chômage de masse, qui touche 11,4% de la population active. AP


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès