Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Dépenses médicales des très vieux : Alain Minc a la solution

Dépenses médicales des très vieux : Alain Minc a la solution

Parlons net. C’est le nom de l’émission qu’anime David Abiker sur France Info. Vendredi 7 mai, elle portait bien son nom. Le consultant et conseiller du président Alain Minc se demandait comment récupérer les dépenses médicales sur les très vieux. Mettre à contribution leur patrimoine celui de leurs ayants droits ? Une solution déjà préconisée en son temps par Martin Hirsch.
 
Le papa d’Alain Minc a 102 ans. Son fils Alain en parlait sur France info vendredi 7 mai en compagnie de l’animateur David Abiker et des journalistes Romain Gubert (Le Point.fr), Pascal Riché (Rue89.com) et Marie-Eve Malouines, chef du service politique de France Info. Le papa d’Alain Minc a été hospitalisé une quinzaine de jours. Coût : 100 000 euros. À la charge de la Sécurité Sociale.
 
« On ne parle pas assez des conséquences du vieillissement sur les dépenses d’assurance maladie, estime Alain Minc dans Parlons net. Est-il vraiment normal que l’Etat nous fasse un tel cadeau, alors que nous avons un patrimoine qui aurait permis de prendre en charge cette dépense. »
 
Sur son blog, Martin Hirsch précise que « la notion de "recours sur succession" existe dans le droit français et est prévue pour différentes prestations sociales, liées au grand âge. Les départements peuvent récupérer une partie des sommes qu’ils ont exposées au moment de la succession. »
 
L’ancien Haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté se demande si la prise en charge des soins doit être la même quel que soit le revenu ? « Ce sont ces mêmes questions, qui nous ont conduit à proposer le "bouclier sanitaire", il y a trois ans maintenant.
 
Nous n’étions pas partis du cas du papa d’Alain Minc, mais de cas symétriques. Des patients qui après un séjour prolongé à l’hôpital ont dû payer de leur poche, comme reste à charge, plus de 1000 euros, c’est-à-dire plus d’un mois de revenu. » Ce système plafonnerait le reste à charge.
 
« Ce qui doit sortir de la poche du malade - c’est à dire le ticket modérateur, le forfait hospitalier, le forfait médicament la franchise, et... - ne devrait pas excéder une certaine somme.
 
Cette somme peut être calculée en valeur absolue " pas plus de 500 euros par an par exemple ou en pourcentage du revenu "pas plus de 4% du revenu par exemple", ce qui pour quelqu’un qui gagne le smic, revient à 500 euros et pour quelqu’un qui gagne trois fois le SMIC, revient à 1500 euros dans l’année ».
 
A l’époque, Martin Hirsch n’avait pas réussi à convaincre de la nécessité de mettre en place ce bouclier sanitaire selon lui « plus que jamais utile »...pour mieux protéger les malades modestes.
 

Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès