Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Discrimination, la police est accusée

Discrimination, la police est accusée

« Monsieur, on ne veut pas de vous parce que vous êtes musulman ». Abdeljalel El Haddioui n’en revient toujours pas. Brigadier dans la police nationale depuis 8 ans, il compte devenir sous-officier. En septembre 2007, il s’inscrit dans un concours interne. Seul candidat à porter un nom à consonance maghrébine, la commission le recale à cause de ses origines. Après qu’il ait porté plainte pour discrimination raciale le Conseil d’Etat vient de déclarer que « la délibération du 5 octobre 2007 du jury du concours interne d’officier de la police nationale est annulée ». Une première.

« Faites-vous le ramadan ? », « Votre femme porte-t-elle le voile ? », « Vous ne trouvez pas bizarre ce gouvernement de la France avec des ministres arabes et un président à moitié hongrois ? ». Le 27 septembre, jour où il passe le concours interne, Abdeljalel El Haddioui, 40 ans dont 8 dans la police nationale, se demande pourquoi la commission lui pose ces questions qui n’ont rien à voir avec sa fonction.

Il fait partie des 50 candidats en lice (sur 700) pour l’un des 27 postes à pourvoir. L’épreuve orale, la dernière du concours, est cruciale. Il obtiendra 4/20. Il ignore encore pourquoi. Mais ce qu’il sait c’est que, malgré 6 notes supérieures à la moyenne, celle-ci est éliminatoire. Et quand il lui est clairement reproché d’être musulman ce policier ne compte pas en rester là.

S’estimant victime d’une injustice, il porte plainte pour discrimination raciale à l’embauche auprès de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (HALDE) et du Conseil d’état. Vendredi 10 avril ce dernier lui donne raison. Le résultat du concours est maintenant annulé. Mais que devient Abdeljalel El Haddioui ?

C’est maintenant la ministre de l’intérieur, Michèle Alliot-Marie, qui doit décider d’une part de l’avenir de ce policier et de celui de la promotion 2007. Sur France Inter elle a déclaré qu’elle tiendrait « compte de la décision du Conseil d’Etat », sans en dire plus. « Dans tout corps social quel qu’il soit, a-t-elle précisé, il peut y avoir des personnes qui ne respectent pas les lois. Ce qui est important pour l’honneur mais également pour la crédibilité du corps et pour la confiance qu’on lui fait, c’est qu’il y ait des sanctions quand il y a des problèmes. »

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Armog 16 avril 2009 17:18

    Encore une fois, calmons nous avant de nous lancer dans la haine etc.

    Il faut réfléchir sur plusieurs points :

    - Abdeljalel El Haddiou est il le seul qui a eu le droit à ce genre de question ? Les autres ayant pu être interrogés sur la couleur de leur caleçon ou de ce qu’ils pensent de leur président. Etant donné qu’il semble qu’il était le seul musulman, le jury a certainement « joué » la dessus pour le déstabiliser. Si les autres candidats ont eu des questions du type « comment allez vous ? », il y a en effet un problème et son action est légitime. Dans le cas contraire, sa carrière au sein de la police ne risque pas d’être brillante.
    - S’il s’avère que les autres candidats ont eu aussi le droit à des questions destabilisantes, son action n’est plus légitime et que le recours à la halde est hors de propos et démontre « un certain foutage de gueule ». Autrement dit, ce candidat n’est pas sûr car destabilisé sur des questions sensibles et dans ce cas, je suis rassuré qu’il ne devienne pas officier.
    - MAM et ses accolytes ont pris bonne note du compte rendu de la halde, mais je n’ai pas encore vu des preuves des dires de ce candidat et des démentis du jury, voire même une confirmation que ces questions (sous d’autres formes bien sur) auraient pu être posés aux autres.
    - Les membres du jury doivent clairement expliquer, infirmer ou confirmer ce qu’il s’est passé ce jour d’examen. Quel que soit le sérieux du candidat, le jury doit au moins prouvé qu’il l’a été. Si cela est confirmé, une fois encore, le candidat n’a pas sa place en tant qu’officier. Dans le cas contraire, les membres du jury doivent être sanctionnés.
    - Enfin, je rappelle qu’un candidat doit être quelqu’un de fiable, posé, sûr, et capable de réagir en tout circonstance, de prendre les bonnes décisions. (D’ailleurs tres souvent, ils ont d’excellent sous-off, je parle d’un point de vue militaire ... :)) 

    Bref, tout ca pour dire, que si c’est un mensonge de la part de Abdeljalel El Haddiou, le jury doit le prouver. Si c’est le contraire, il doit aussi le prouver.

    Donc avant de crier à la haine raciale et d’invoquer le MRAP, la LICRA et tous les autres, il faut prendre un peu de recul et condamner les dérives des uns et des autres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles







Palmarès