Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Don du sang refusé, une discrimination d’état ?

Don du sang refusé, une discrimination d’état ?

Un homme de 28 ans porte plainte contre X pour discrimination. Selon lui l’Etablissement français du sang (EFS) lui aurait refusé un don du sang en raison de son homosexualité. Mais le don du sang n’est pas un droit.

Alexandre M. est un homme de 28 ans. Il vient de porter plainte contre X devant le procureur de la République d’Alès, dans le Gard parce que selon lui, l’Etablissement français du sang aurait refusé, comme la loi le lui autorise, de lui prélever son sang en raison de ses orientations sexuelles.

Un arrêté du 14 janvier 2009 stipule que les homosexuels masculins sont exclus du don du sang. Une mesure qui n’est pourtant pas nouvelle puisqu’elle existe depuis 25 ans. « L’exclusion des gays du don du sang » est « discriminatoire, disproportionnée pour assurer la sécurité transfusionnelle et dangereuse à un moment où le sang manque » s’était alors insurgé Jean-Luc Romero, président d’Elus Locaux Contre le Sida (ELCS). Alexandre M. déclare vivre en couple depuis quatre ans et vivre en toute fidélité avec son compagnon. Pour lui ce refus est « rabaissant » et « humiliant ».

« Il y a aussi des hommes qui trompent leur femme et des femmes qui trompent leur homme. Ce n’est pas parce que l’on est homosexuel que l’on ne peut pas être fidèle. Les catholiques qui suivent le Pape n’utilisent pas de préservatif. Cela n’en fait pas une communauté à risque », souligne l’avocat d’Alexandre M., maître Luc Abratkiewicz.
 
Le docteur Destruel, directeur de l’Etablissement français du sang, explique que « pour le sida, les études montrent que, pour les homosexuels masculins, le taux de contamination est entre 60 et 100 fois plus important que pour le reste de la population. En médecine, souligne-t-il, nous sommes obligés de raisonner statistiquement. Et le risque est beaucoup plus important ».

Pour le plaignant, il s’agit-là d’une "une discrimination d’Etat" : "Comment vouloir que les orientations sexuelles soient acceptées par la société si l’Etat a un comportement discriminatoire et s’il stigmatise les homosexuels ?", argumente-t-il.
Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, a assuré que cette interdiction serait levée dès que, selon le nouvelobs.com, « la prévalence dans ce groupe de l’infection par le Vih-sida se rapprocherait de celle des hétérosexuels ».
 
La plainte d’Alexandre M. peut-elle aboutir ? L’EFS souligne que le don du sang n’est pas un droit.

 

Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès