Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > George Mitchell : mission impossible ?

George Mitchell : mission impossible ?

Pour l’émissaire de Barack Obama en visite au Proche Orient « les conflits insolubles n’existent pas. »

Georges Mitchell, 75 ans, émissaire de Barack Obama au Proche Orient jouit d’un immense prestige aux Etats-Unis. C’est un homme respecté qui a réussi là où bien d’autres avant lui avaient échoué. En effet l’ancien sénateur George Mitchell n’est rien moins que l’artisan de la paix en Irlande du Nord entre 1995 et 1998. L’ancien émissaire de Bill Clinton pourra t-il sortir Israël et la Palestine de la crise ? Sa visite suscite espoir et septicisme.

Pour George Mitchell, « les conflits insolubles n’existent pas. » Autant dire que cet homme qui a reçu de Barack Obama et de Hillary Clinton les pleins pouvoirs pour atténuer voire à terme résoudre le conflit israélo-palestinien possède une foi inébranlable en sa mission.

Mais cette première visite au Caire, à Jérusalem et à Ramallah n’a pas suscité l’enthousiasme des partis Il ne suffit plus de demander aux ennemis irréductibes de se serrer la main en consolidant le cessez-le-feu, de demander la libre circulation des marchandises et de d’arrêter la contrebande d’armes. Plus rien n’est simple. D’autant que les faucons guettent et que le Hamas depuis Gaza a clairement exprimé à l’administration américaine son désaccord sur cette ligne de conduite.

Pourtant, les spécialistes le reconnaissent volontiers : sa vertu essentielle est la patience Sa vertu, c’est la patience. George Mitchell n’est pas un dogmatique. Il écoute les hommes ; Mais a t-il reconnu, à peine arrivé mardi au Proche Orient , cette mission est loin d’être gagnée.

Au sommet de Davos, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, vient de demander 600 millions de dollars d’aide pour Gaza. En marge de cette réunion où il se trouve également, Bernard Kouchner a déclaré qu ‘« à partir d’un tir de roquette ou d’une réaction israélienne, on peut reglisser dans la guerre...et la facture du conflit est déjà lourde, outre le coût humain... ». Lundi prochain, à Paris, le ministre des affaires étrangères doit renconter George Mitchell.

Ce dernier fut la bonne étoile de l’Irlande, mais cette étoile brille t-elle encore ? Le Proche Orient, un combat perdu d’avance pour George Mitchell ? Son dernier combat ?




Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès