Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Georges-Marc Benamou, vacances romaines

Georges-Marc Benamou, vacances romaines

Conséquences des dernières municipales, Nicolas Sarkozy réaménage. C’est le mot officiel (avec rééquilibrage) pour évoquer le remaniement qui a lieu en ce moment. Pas spectaculaire, ce remaniement. Ne partent, aux dernières nouvelles que des hommes de l’ombre, tel Georges-Marc Benamou, conseiller pour la culture et la communication à la présidence de la République depuis l’élection du président. L’ancien fondateur de Globe et familier du président Mitterrand à la fin de sa vie part donc pour Rome diriger la prestigieuse Villa Médicis à la place de Richard Peduzzi, en place depuis 2002. Un départ prémédité, malgré ce qu’en dit Georges-Marc Benamou lui-même.

Selon Télérama, « Suite au revers subi par la droite aux élections municipales, Nicolas Sarkozy commence à faire le ménage autour de lui. En tête de liste, son conseiller pour la Culture et l’Audiovisuel, le controversé Georges-Marc Benamou. Celui-ci va en effet quitter l’Elysée pour prendre la direction de la Villa Médicis à Rome, qui abrite l’académie de France dans la capitale italienne. Ce familier des dorures ne devrait donc pas être totalement dépaysé : après celles de la République, il rejoint celles de ce prestigieux palais du XVIe siècle, lieu de résidence d’artistes destiné au rayonnement de la culture française en Italie, et qui organise expositions et concerts ».

Pour Les Echos, « le départ du co-fondateur de "Globe" intervient après plusieurs mois de conflit ouvert avec le ministère de la Culture et de la Communication. Dès sa nomination, Georges-Marc Benamou s’est en effet présenté comme un "ministre-bis", prenant la main sur plusieurs dossiers-clés de l’audiovisuel. Au grand dam de Christine Albanel, la titulaire du portefeuille, et de son cabinet. "La ministre de la Culture et de la Communication, c’est moi", avait-elle déclaré, un brin énervée, à Cannes en octobre dernier, lors du Mipcom ».

Les relations étaient donc catastrophiques entre Mme Albanel et M. Benamou qui en son temps, rappelle Les Echos, « avait été chargé par Nicolas Sarkozy de rédiger, avec Jean-David Levitte, le conseiller diplomatique, le rapport sur la réforme de l’audiovisuel extérieur français (France 24, RFI et TV5 Monde). Un rapport très critiqué par le cabinet de la ministre, mais aussi par Alain de Pouzilhac, qui a été nommé à la présidence du holding et qui ne compte pas s’appuyer sur ce rapport de 80 pages pour mener à bien cette vaste réforme ».

Ironie de l’histoire, conclut Télérama, « la Villa Médicis dépend du... ministère de la Culture, qui lui alloue un budget d’environ 5 millions d’euros par an. On imagine que Benamou aura du mal à demander une rallonge auprès d’Albanel... ».


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès