Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Gilbert Melki : « Le Tueur », un rôle sur mesure

Gilbert Melki : « Le Tueur », un rôle sur mesure

Gilbert Melki, l’acteur incontournable. L’homme qui sait tout faire à l’écran. De La Vérité si je mens au Tueur sorti hier mercredi 9 janvier sur les écrans. Dans ce premier film de Cédric Anger, Gilbert Melki est un homme d’affaires. Un homme à abattre aussi.

Tout. Il a tout joué, Gilbert Melki. Et, comme tous les grands acteurs, il a imprimé sa marque. Osmose totale entre sa personnalité et ses rôles. On a vu récemment Gilbert Melki en gigolo, aux côtés de Benoît Poelvoorde, dans le superbe Western de Bruno Mariage.
Il a été flic, marié à une junkie (Dominique Blanc), dans la Trilogie de Lucas Belvaux sortie en 2002. Dans cet inventaire, n’oublions pas La vérité si je mens de Thomas Gilou qui l’a révélé au grand public.

C’est, souligne Le Figaro, « un acteur tout en nuances, qui passe d’un registre à l’autre avec facilité et finesse. Perfectionniste, il peau­fine ses rôles, allant jusqu’à ­­l’épure ».

Aujourd’hui, avec la même élégance, il joue dans Le Tueur, premier film de Cédric Anger. Le tueur est un thème récurrent au cinéma. Comment faire du neuf avec du vieux ? Comment surprendre dans un suspense ? Comment jouer avec les nerfs du spectateur ? En jouant sur la trame d’un scénario apparemment banal. Gilbert Melki joue ici un homme d’affaires, marié, père d’une fille. Il réussit tout bien sauf qu’un jour un homme l’attend pour le tuer...

Et là, tout bascule. Car le film sort comme par enchantement des contingences du genre. « L’écriture, l’originalité, la structure du récit m’ont séduit, explique Gilbert Melki au Figaro. J’ai retrouvé dans le scénario une atmos­phère, un ton, des personnages du film noir américain des années 1950. J’ai aussi ressenti de la liberté. Je n’étais, en effet, pas prisonnier de scènes trop écrites. Elles laissaient une grande place à l’invention. »

Pour Le Monde, « ce film plein d’humour est servi par la belle photographie de Caroline Champetier et par la formidable présence des acteurs. Cédric Anger réussit son pari : inventer un cinéma d’auteur nourri au lait du cinéma américain ».

Quant à Gilbert Melki, après la sortie du Tueur, il prépare Largo Winch, une grosse production française. Gageons qu’il saura faire surgir de ses tréfonds un personnage inimitable. Comme lui.

Crédit photo : Fan2Melki


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès