Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Guéant pourrait témoigner lors du procès Colonna

Guéant pourrait témoigner lors du procès Colonna

Le procès d’Yvan Colonna, soupçonné d’avoir tué par balles le préfet Claude Erignac dans une rue d’Ajaccio en 1998, s’ouvre aujourd’hui. Un procès sous haute surveillance qui en cache un autre puisqu’il est également reproché à Yvan Colonna qui a toujours clamé son innocence, d’avoir volé une arme à la gendarmerie de Pietrosella, arme qui aurait été fatale au préfet Erignac.

Procès exceptionnel parce que c’est la première fois qu’un préfet de la république est assassiné en temps de paix, mais aussi parce que la personnalité même du préfet Erignac faisait consensus apparent en Corse.

Un an après le meurtre du préfet Erignac, la police arrête six hommes suspectés d’être « le commando d’Ajaccio : Alain Ferrandi, Pierre Alessandri, Didier Maranelli, Marcel Istria, Martin Ottaviani et Joseph Versini. » Le berger Yvan Colonna, militant nationaliste corse ex-FLNC n’est pas dans le lot, mais cette arrestation le prévient du danger. Il s’enfuit et ne sera capturé qu’en 2003, cinq ans après le meurtre du préfet Erignac. Ce délai ne s’explique pas seulement par les protections dont a bénéficié Colonna dans l’île, mais aussi par la guerre que les différents services - police judiciaire, Renseignements généraux, Division nationale antiterroriste (DNAT), magistrats spécialisés, gendarmerie insulaire - se sont livrés entre eux.

« Les investigations, rapporte le Figaro, avaient débuté tambour battant sur une fausse piste. Certes, il n’était pas totalement absurde de suspecter des activistes proches des milieux agricoles. Reste que la vérité était ailleurs, et que les certitudes de la DNAT, dirigée à l’époque par le très volontariste commissaire Roger Marion, concernaient des paysans indépendantistes dont aucun n’a été condamné - ni même jugé - pour ces faits. »

Donné puis dédouané par ses pairs, Colonna n’est pas loin d’être considéré comme une victime : « une intense campagne en direction de l’opinion publique est par ailleurs entretenue, depuis 1999, en faveur du berger, explique Le Figaro. Ses cinq avocats, Mes Sollacaro père et fils, Simeoni, Garbarini et Dehapiot, ne manqueront pas de crier au montage policier pour plaider l’acquittement de leur client. »

« Dernier rebondissement en date, annonce le Figaro : les avocats d’Yvan Colonna envisagent de faire citer comme témoin Claude Guéant et de porter plainte pour « subornation de témoin » contre le secrétaire général de l’Élysée, lequel, selon Le Point, aurait convoqué fin octobre M. Marion pour s’assurer qu’ils « s’abstiendraient de tout règlement de compte avec des policiers chargés de l’enquête »...


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Les thématiques de l'article


Palmarès