Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Incendie dans une HLM de L'Hay-les-Roses : les quatre incendiaires (...)

Incendie dans une HLM de L'Hay-les-Roses : les quatre incendiaires présumées déférées mardi matin

PARIS (AP)

Un différend entre adolescentes semble être à l’origine de l’incendie meurtrier d’une HLM de L’Hay-les-Roses (Val-de-Marne) qui a fait au moins 16 morts. Quatre jeunes femmes devraient être déférées mardi matin au parquet de Créteil, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Le procureur de la République de Créteil doit ouvrir une information judiciaire mardi, précisait-on de même source, et un juge d’instruction devrait être désigné par la suite.

Dimanche, trois jeunes femmes (une majeure et deux mineures) ont été arrêtées par les enquêteurs de la Brigade criminelle de la préfecture de police de Paris. L’une d’elle a été relâchée lundi matin. Une quatrième était appréhendée dimanche soir, tandis qu’une cinquième l’était lundi matin.

Au total, une majeure de 18 ans et trois mineures âgées de 15, 16 et 17 ans étaient toujours en garde à vue lundi en fin de journée dans les locaux de la brigade criminelle au 36 quai des Orfèvres à Paris.

Lors de leurs auditions, les jeunes filles ont expliqué avoir voulu se venger d’une ex-amie avec laquelle elles ne s’entendaient plus. En incendiant sa boîte aux lettres, le feu s’est propagé à l’immeuble de 18 étages.

L’ex-amie, relogée provisoirement comme les autres locataires de cette HLM dans des hôtels de la région parisienne, n’avait pas été entendue lundi après-midi par les enquêteurs, a-t-on indiqué au parquet de Créteil. Les quatre suspectes semblent inconnues des services de police, a-t-on précisé de source policière.

Le bilan provisoire du sinistre a été porté à 16 décès, dont trois enfants, après la mort dimanche soir d’un jeune homme à l’hôpital Saint-Antoine, selon la police. Vingt-deux blessés étaient hospitalisés, selon le parquet de Créteil, dont cinq pour lesquels le pronostic vital était réservé.

Deux Italiennes -une mère et sa famille qui vivaient depuis longtemps en France- figurent parmi les personnes décédées, a rapporté l’agence de presse italienne ANSA.

Après ce drame, le maire de l’Hay-les-Roses Patrick Sève a confié lundi ressentir « un sentiment de révolte et d’écoeurement » après les aveux des jeunes filles. « C’est vraiment le type d’événements qui laissent pantois », a-t-il déclaré sur France-Inter. « Les bras m’en tombent. J’ai la révolte, j’ai des sentiments très mêlés par rapport à ce qui vient de se passer ».

Répondant au ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy qui avait estimé qu’il s’agissait d’un acte criminel, M. Sève a affirmé qu’« on voit bien maintenant qu’il s’agit beaucoup plus de problèmes d’incivilités que de problèmes d’actes criminels. Ça se termine dans des conditions dramatiques, c’est évident ».

« Je ne reproche rien à personne et je ne polémique pas quand j’ai 16 morts dans ma commune et qu’on compte les victimes, et qu’on peut s’attendre à ce que ce nombre augmente encore », a déclaré le maire. « Les mots comptent peu par rapport à l’événement » et « je n’ai pas envie de polémiquer avec quelqu’un qui est en campagne électorale là-dessus ».

Par ailleurs, le ministre délégué à la Famille Philippe Bas a fait savoir lundi que les familles victimes de l’incendie survenu allaient bénéficier « dans les meilleurs délais » d’un « soutien humain et financier ».

Pour « les familles dont un ou plusieurs membres sont malheureusement décédés », la Caisse d’allocations familiales (CAF) du Val-de-Marne va attribuer « va attribuer jusqu’à 2.000 euros pour faire face aux premiers frais et en particulier aux frais d’obsèques ».

En fonction des situation des familles, la CAF « apportera également une aide financière individuelle de secours, dont le montant pourra s’élever jusqu’à 2.000 euros. Des prêts à taux zéro seront également proposés aux allocataires qui en auraient besoin », ajoute le ministère dans un communiqué.

Ces sommes « permettront aux familles, sans avance de fonds de leur part, de remplacer leur mobilier ou électroménager et de rénover leurs appartements endommagés ». Les droits à prestation des allocataires « seront maintenus durant toute la période, voire augmentés en fonction des situations des familles après l’incendie ». AP


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès