Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Internet : des gagnants et un perdant

Internet : des gagnants et un perdant

Le régulateur français (l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a tenu ce matin une conférence de presse récapitulative et panoramique du marché des télécoms : les chiffres illustrent une forte progression de l’Internet haut débit en France pour le second trimestre.

La France serait l’un des pays européens où l’on trouve le plus d’abonnements haut débit. Il y aurait environ 8 millions d’abonnements dont 94% de connexion ADSL.

L’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a affirmé que France Télécom perdrait environ 10.000 abonnés au téléphone chaque semaine, au plus grand profit des opérateurs alternatifs, via notamment le dégroupage total. Il y aurait environ 15 000 demandes pour le dégroupage chaque semaine, dont deux tiers pour le dégroupage total.

Les opérateurs alternatifs proposent via le dégroupage total de supprimer l’abonnement à France Télécom. La gestion de la ligne téléphonique, l’accès à internet, mais aussi d’autres services comme la télévision, sont pris en charge par l’opérateur alternatif concurrent de France Télécom.

Déjà l’observatoire du marché des télécoms publié récemment illustrait le secteur florissant de l’Internet et de la VoIP : à la fin mars on dénombrait 12 millions d’abonnements Internet. Un peu plus de la moitié de ces abonnements (7.3 millions) concerne des abonnements au haut débit. Entre le 31 mars 2004 et le 31 mars 2005, le nombre d’accès haut débit a progressé de 66,5 % et 93,2 % des nouvelles lignes ouvertes sont des accès haut débit.

Les fournisseurs d’accès Internet (FAI) confirment la bonne santé du secteur puisqu’ils ont touché 747 millions d’euros (deux tiers de ces revenus concernent d’ailleurs le haut débit), autrement dit la croissance s’élève à 15 % sur un an. Cette croissance est imputable pour la plus grande partie au haut débit, qui connaît une progression de 45%. A l’inverse, on remarque une forte chute du bas débit : - 37%.

Une des causes principales que l’on pourrait évoquer pour comprendre cette forte croissance du haut débit est la progression du dégroupage total. Le dégroupage total permet de clore le contrat passé avec l’opérateur historique France Télécom et de souscrire à des services proposés par des concurrents. La voix sur Internet (VoIP) a ainsi été fortement utilisée, puisque 1.5 millions de personnes ont consommé plus de un milliard et demi de minutes. Ce dernier chiffre ne représente pourtant que 6% du trafic total, ce qui laisse à penser que le fort dynamisme du secteur Internet n’est qu’un début.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès