Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > « Into the Wild », Sean Penn et la sublime Amérique

« Into the Wild », Sean Penn et la sublime Amérique

Into the Wild, un road-movie ? Oui, si l’on considère que ce quatrième film de Sean Penn ne s’éloigne jamais de sa route. Non, si l’on considère que cette route - métaphore limpide de la vie - n’est jamais toute tracée.
On comprend dès lors ce qui a séduit Sean Penn, futur président du jury du film de Cannes (voir Agoravox), à la lecture d’Into the Wild, ouvrage du journaliste américain Jon Krakauer, et pourquoi il a souhaité l’adapter au cinéma.

Car ce récit raconte la vie du jeune Christopher McCandless qui quitte un milieu aisé pour s’essayer à la vie sauvage.

Dans Into the Wild, Sean Penn convoque autant les figures tutélaires de Thoreau et de Tolstoï que celles de Kerouac ou de London.

« Diplômé de l’université d’Emory (Géorgie) en 1990, McCandless a brusquement déserté la bonne société sudiste (son père était ingénieur à la NASA) dans laquelle il avait été élevé. Après avoir fait don des 24 000 dollars de son trust fund à l’ONG Oxfam, il a disparu, laissant sa famille sans nouvelle. Le fugitif a pris le pseudonyme d’Alexander Supertramp et sillonné l’ouest des Etats-Unis avant de partir vers l’Alaska » raconte Le Monde.

C’est ce retour à la nature, à la « vraie vie », à l’authenticité qu’a voulu montrer Sean Penn à travers les étapes successives d’un voyage qui ne finira pas comme il a commencé. Mais l’on n’en dira pas plus, sinon que ce voyage est fait de rencontres et de désirs, d’humanité.

Into the Wild est un voyage exaltant et rafraîchissant dans lequel Sean Penn a voulu confondre dans une œuvre majestueuse, qui sort des canons conformistes hollywoodiens, la véritable nature américaine, géographique et sociologique.

L’Amérique, c’est ça, semble dire Sean Penn qui filme avec la même tendresse McCandless et l’Amérique.
Pour cela, Sean Penn a bénéficié de la collaboration du chef opérateur français Eric Gauthier dont on a déjà pu apprécier le talent sur Carnets de voyage, de Walter Salles.

Pour le Figaro, Sean Penn explique pourquoi il a choisi de partager cette histoire : « Même si j’ai eu la chance d’avoir des parents qui m’ont donné de l’amour, j’ai été poussé à devenir indépendant. En cela, les désirs de Christopher sont les miens.
Il faut tenter d’ouvrir cette fenêtre sur la vie, sur le monde  ; échapper à son confort. Le diable est dans l’apathie... La vie dans ce mélange de joie et de souffrance. Il y a de la poésie dans le mouvement et dans la quête. Il n’y a que de la mort dans le statisme  ! »

Un plaidoyer.

Crédit photo : Friscothèque

Voir la bande-annonce sur Agoravox TV


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles







Palmarès