Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Johnny Hallyday revient au blues

Johnny Hallyday revient au blues


Johnny Hallyday fan de Sarko, Johnny Hallyday qui souhaite devenir citoyen belge ou suisse pour échapper aux impôts, Johnny Hallyday homme-sandwich pour des opticiens, tout cela intéresse moyennement le fan de base du rocker le plus ancien et le plus adulé de France.
Mais Johnny Hallyday qui sort un nouveau disque, alors là oui ! On l’attendait avec impatience, ce premier cd sorti sur le label Warner. C’est fait depuis hier, lundi 12 novembre, et ça s’appelle « Le cœur d’un homme », une galette qui porte bien son nom car Johnny s’y livre comme jamais. Ou comme toujours. Tant il est vrai que Johnny Hallyday ne s’est jamais ménagé et a toujours considéré et défendu chaque scène et chaque nouveau disque comme son ultime et décisif combat. Preuve que cette « incontournable vedette, peut-on lire sur le site de RFI, bête de scène inégalable et homme aux multiples facettes, réunit à lui seul quelques chiffres impressionnants : 80 millions de disques vendus, 900 chansons, 100 tournées, 18 albums de platine (500.000 exemplaires vendus) et 17 millions de spectateurs » qu’en un mot Johnny Hallyday est toujours bien vivant, ce qui le rend éminemment sympathique, y compris aux plus rétifs.

« Le cœur d’un homme » est donc le premier disque sorti depuis la séparation fracassante avec son ancienne maison de disque de l’encore idole des jeunes Johnny Hallyday, 64 ans, qui « a ceci d’admirable, écrit Serge Loupien dans Libération, que plus il vieillit, moins il laisse indifférent... Un disque, poursuit le critique, qu’on n’attendait plus, à force de l’avoir attendu si longtemps. » Le chanteur avoue lui-même sur RTL, ces dernières années il s’est perdu dans la variété.
Enregistré et mixé aux Etats-Unis ce nouvel album remonte aux sources du chanteur, le blues, cette fameuse musique qu’il aime, l’archéologie du rock’n’roll, son essence, son épure.

Le casting est fameux : Keb’Mo’, Taj Mahal, Tony Joe White notamment, les instruments - dobro et harmonica - ont ce goût de vieux fût qui donne toute sa valeur aux vieux alcools. Les sidemen sont de qualité et du côté de l’écriture, Johnny a fait le grand écart : entre Bono qui lui signe « I’m the blues » au comédien Bruno Putzulu (« Ma Vie ») en passant par l’auteur de best-sellers Marc Lévy (« T’aimer si mal »), j’en passe et des meilleurs (Jean Fauque) ou des revenants (Michel Mallory), tout cela finalement donne sa cohérence à ce disque dont l’une des perles est la reprise de Sarbacane, de Francis Cabrel.

Album vérité, album sincérité, presque intimiste, « Le cœur d’un homme », les fans de Johnny adoreront, c’est sûr. Mais il est fort possible que ce diable de Johnny Hallyday arrive aussi à convaincre de nombreux mécréants de se convertir à sa religion de toujours, le blues.



Sur le même thème

Townes Van Zandt, un talent trop bien caché
Le bassiste aux trois chefs-d'œuvre derrière lui
"Hypnotic Eye", le nouvel album de Tom Petty & the Heartbreakers
George Stinney, l’enfant bouc émissaire d’une justice expéditive
Il y a 20 ans sortait le cultissime album "Grace" de Jeff Buckley


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires