Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > L’avortement, un droit menacé ?

L’avortement, un droit menacé ?

Depuis le 18 janvier, les usagers peuvent voir dans le métro et dans les gares une affiche émanant de la région Île-de-France et du Planning familial intitulée « Sexualité, contraception, avortement, un droit, mon choix, notre liberté ». Cette campagne (600 affiches pour un coût de 300 000 euros) cible l’Île-de-France.

Un choix stratégique. Pour le Planning familial, en effet, c’est « une région où les obstacles se multiplient quand il s’agit de faire valoir ses droits en la matière. Une région où l’avortement reste un parcours de la combattante ».

« Refus de prise en charge, délais importants, invocation de la clause de conscience et diminution du nombre de centres dédiés à l’IVG forcent les femmes à livrer une véritable course contre la montre pour rester dans les délais légaux de 12 semaines.
Le Mouvement français pour le Planning familial évalue, pour l’ensemble de la France, le nombre de femmes contraintes chaque année d’aller avorter à l’étranger à 3 000-5 000. Avec des disparités régionales. L’Ile-de-France, la Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’Outre-Mer connaissent les plus grandes difficultés d’accès à l’IVG », souligne TF1.

Quant au Planning familial, il rappelle sur son site que « les lois sur la contraception et l’avortement relèvent aujourd’hui moins du droit que de la tolérance. Elles ne sont pas correctement appliquées et les libertés que l’on croyait hier acquises sont de moins en moins reconnues ».

C’est pour rappeler cet état de fait que le Planning familial a donc décidé de lancer cette campagne d’affichage, 33 ans après la Loi Veil qui autorisait l’IVG.

« Si, écrit Le Figaro, de fréquentes campagnes en faveur de la contraception ont eu lieu depuis la libération sexuelle, jamais ne s’était produit ce parti pris, véritable "publicité pour l’avortement", décrient les opposants à cette initiative ».

Malgré les récentes déclarations du ministre délégué à la Santé, Bruno Durieux, le 8 janvier dernier, qui prenait position clairement contre les commandos anti-IVG, le front anti-avortement ne baisse pas la garde. Samedi 19 janvier des activistes de cette mouvance organisait une « marche pour la vie » qui, si elle n’a pas obtenu le succès escompté, leur a permis d’énoncer en public leurs opinions où passent toutes les considérations : éthiques, politiques, religieux.

En un mot confus. Des millions d’enfants meurent chaque jour de maltraitance (elle revêt des aspects très variés). Mais pour les anti-IVG ce qui compte « c’est la mort des tout-petits » ; paradoxe : ces tout-petits ne sont pas encore nés et ne sont pas viables au moment de l’interruption de grossesse.

A voir sur Agoravox TV


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles







Palmarès