Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > L’honneur d’un jury littéraire

L’honneur d’un jury littéraire

C’est un mouvement de rébellion féministe qui, en 1904, a abouti à la création du jury Fémina ; vingt-deux collaboratrices, présidées par la comtesse Anna de Noailles, pour contrebalancer non sans humour le Goncourt, jury de onze hommes, dont les cerveaux « valaient le double de ceux des femmes »... Chaque année, le premier mercredi de novembre, ce jury réduit à douze femmes de lettres, se réunit à l’Hôtel Crillon pour décider du palmarès de l’année. Statutairement ce jury se donne l’objectif « d’encourager une carrière et de récompenser une œuvre originale, témoignant de réelles qualités de pensées et de force et qui soit en même temps une promesse d’avenir ».

Les incidents qui ont conduit à l’exclusion de Madeleine Chapsal et au retrait solidaire de Régine Desforges ne sont pas anodins. Huit membres du jury -dont Viviane Forrester, pourtant absente pour raison de santé, mais qui a communiqué par écrit sa condamnation - ont jugé inacceptables les récits, développés par Madeleine Chapsal dans Journal d’hier et d’aujourd’hui, publié début octobre, de délibérations secrètes et petits arrangements entre gens de lettres. La reprise d’extraits de l’ouvrage par Le Figaro magazine du 28 octobre, dans un dossier nourri également d’extraits du Journal de Jacques Brenner, ancien juré du Renaudot, dont les propos vont dans le même sens, a attisé les colères. Coupable d’avoir trahi la règle de confidentialité des débats, Madeleine Chapsal a été renvoyée.

Pour Danièle Sallenave, c’est « l’honneur du prix qui était en jeu ». On peut parler au présent et considérer qu’aujourd’hui, l’honneur des prix est en jeu, tant que ne seront pas modifiées les procédures de constitution des jurys. Claude Durand, PDG de Fayard, appelait de ses vœux dans une interview sur i-télé des jurys qui fonctionneraient comme dans les pays anglo-saxons, avec rotation régulière des membres. Une certaine transparence des décisions serait également souhaitable ; sans aller jusqu’à installer des caméras pour enregistrer les délibérations (quoique...), les lecteurs aimeraient avoir connaissance des critères littéraires qui ont conduit à préférer tel ouvrage à tels autres. Plus qu’un cercle feutré d’initiés allergiques à toute question relative à leurs décisions, un jury devrait être une assemblée érudite tout entière attachée à la stimulation de la lecture populaire. Ce serait son honneur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès