Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > L'hospitalisation de Jacques Chirac perturbe l'université d'été de (...)

L'hospitalisation de Jacques Chirac perturbe l'université d'été de l'UMP

LA BAULE (AP)

Le tandem Sarkozy-Villepin aurait dû être en vedette de la deuxième journée de l’université d’été de l’UMP samedi à La Baule (Loire-Atlantique). Mais l’hospitalisation de Jacques Chirac a mis entre parenthèses la compétition médiatique entre les deux rivaux en puissance pour la présidentielle de 2007, obligés de rendre hommage au président.

L’annonce vers 13h de l’accident vasculaire du président et de son hospitalisation à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce a créé la stupeur parmi les membres du gouvernement, les dirigeants de l’UMP et les quelques 2.000 jeunes militants présents à l’université d’été.

Alors que Jacques Chirac a été hospitalisé vendredi soir, le gouvernement n’a été informé que samedi matin. Dominique de Villepin a ainsi appris la nouvelle en milieu de matinée par le président lui-même, selon son entourage. Nicolas Sarkozy n’a, lui, été mis au courant que quelques minutes avant l’annonce officielle par un coup de fil du Premier ministre, selon ses proches.

Quelques minutes plus tard, Dominique de Villepin faisait une brève déclaration devant les journalistes pour confirmer la nouvelle et annoncer qu’il se rendrait en fin d’après-midi au chevet du président.

Après s’être entretenu en privé, les deux hommes se sont rendus peu avant 14h devant les jeunes UMP pour leur annoncer la nouvelle sous le chapiteau où ils déjeunaient.

Nicolas Sarkozy a demandé à Dominique de Villepin de souhaiter au nom de l’UMP « un prompt rétablissement » à Jacques Chirac. « Tous ici, nous souhaitons qu’il retrouve sa vitalité légendaire le plus rapidement possible », a ajouté, un brin ironique, le numéro deux du gouvernement.

Le programme de l’université d’été n’a toutefois pas été modifié. Dans l’après-midi, Dominique de Villepin a prononcé comme prévu son discours devant les militants, mais avec une demi-heure d’avance pour lui permettre de regagner plus tôt Paris.

Accueillis par des « Villepin, Villepin » et des « Nicolas, Nicolas » à son entrée dans la salle en compagnie de M. Sarkozy, le Premier ministre a rendu un vibrant hommage à Jacques Chirac. Rappelant qu’il avait « voué sa fidélité » au président depuis qu’il l’avait rencontré à l’âge de 27 ans, il a salué son « humanité », sa « détermination » et son « son sang-froid au service de la France ». Une façon de rappeler, en creux, que Nicolas Sarkozy a trahi le président en soutenant Edouard Balladur à la présidentielle de 1995.

« Tout au long de ces années, j’ai beaucoup appris à ses côtés : que la vérité d’un homme est dans son courage, dans ses choix, contre les habitudes, contre les fatalités, contre la résignation », a souligné le Premier ministre.

Il a ainsi mentionné la crise irakienne, l’attentat de juillet 1995 au RER Saint-Michel et la reprise le 27 mai 1995 aux forces serbes du pont de Vrbanja à Sarajevo. Des « Chirac, Chirac » ont alors fusé des rangs des jeunes militants, un peu moins enthousiastes toutefois qu’aux belles heures du RPR.

Le Premier ministre a invité les membres de l’UMP a être « fidèles au cap fixé par le président de la République ». « C’est en persévérant, en faisant preuve de courage, de ténacité que se remportent les plus grandes victoires », a-t-il insisté, citant en exemple les médailles de Christine Arron et Ladji Doucouré aux championnats du monde d’athlétisme.

Dans cet esprit, Dominique de Villepin a lancé un appel à l’unité entre le gouvernement et l’UMP. « Nous sommes com-plé-men-taires », a martelé le Premier ministre, qui avait pris le matin-même un petit-déjeuner très médiatisé avec M. Sarkozy.

« Le gouvernement est engagé dans une action difficile et nous la menons tous ensemble. L’UMP ouvre la voie des propositions, prépare un projet pour ce pays, et tous ensemble, c’est bien le même combat, le même objectif : assurer au bout du chemin la victoire de la France ».

Malgré cet état d’esprit unitaire, le Premier ministre a grillé une nouvelle fois la politesse à Nicolas Sarkozy en annonçant qu’il allait proposer « dans les prochains semaines » un « grand programme de modernisation de l’Etat ». La réforme de l’Etat sera précisément l’un des axes principaux du projet économique que l’UMP doit présenter mercredi prochain lors d’une convention. AP


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès