Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > L’obésité infantile : au début elle ne se voit pas

L’obésité infantile : au début elle ne se voit pas

La 5ème journée nationale de prévention et d’information sur l’obésité infantile a lieu samedi 10 janvier dans une centaine de villes de France. Elle est organisée par l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA). Le thème de cette journée d’information et de dépistage est cette année consacrée aux bases de l’équilibre alimentaire. Un problème de santé publique qui pourrait devenir très préoccupant dans les années à venir.

« Aujourd’hui l’obésité touche plus d’un enfant sur cinq et si rien n’est fait les analystes prévoient qu’en 2020 la France aura rattrapée les Etats-Unis et ses 32% d’enfants en surpoids, explique le professeur François-Marie Caron, président de l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA). Fortement mobilisés pour enrayer ce fléau les pédiatres ont deux mots d’ordre : prévention et information ».

C’est pourquoi l’AFPA organise cette 5ème journée composée de conférences, d’ateliers et d’animations pédagogiques.

« L’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA) a été fondée en 1990. Elle est née de la nécessité d’ajouter à la formation initiale universitaire, incontournable, une formation complémentaire plus adaptée aux réalités quotidiennes du pédiatre de terrain : enseignement de connaissances et de pratiques non proposé à l’Université et pourtant indispensable en pédiatrie ambulatoire.

Elle regroupe des pédiatres ayant un mode d’exercice à prédominance libérale (cabinets de ville et maternités privées), la plupart ayant aussi une activité hospitalière, ou en pédiatrie communautaire (crèches, protection maternelle et infantile, maisons d’enfants à caractère sanitaire, structures de prise en charge des handicaps, médecine scolaire, etc. )."

Les pédiatres, observateurs privilégiés de cette tendance à l’obésité, entendent sensibiliser le public sur le fait que l’obésité ne se voit pas immédiatement, qu’une enfant ne devient pas obèse du jour au lendemain. Mais ils remarquent aussi que les signes de l’obésité chez l’enfant apparaissent de plus en plus tôt (vers l’âge de 2 ans). D’où l’importance d’un diagnostic précoce.

« Certains jeunes enfants gardent leur ventre rond de bébé et souvent les parents trouvent ça mignon, explique aujourd’hui à liberation.fr. Brigitte Virey, pédiatre membre de l’AFPA. Sauf que cela peut augurer d’un problème de surpoids. C’est difficile à repérer pour des parents. C’est pour cela qu’il est important d’emmener son enfant au moins une fois par un chez un médecin pour le peser et le mesurer ».

Il ne faut pas se leurrer, c’est dans les couches les plus défavorisées de la société que le risque d’obésité infantile à tendance à se développer le plus facilement. Mais il y faut du côté de la puissance publique de véritables mesures politiques comme par exemple « l’arrêt des confiseries aux caisses ».

Pour s’attaquer à l’obésité, c’est facile : manger équilibré, moins sucré et moins gras, et bouger !




Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès