Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > La grippe espagnole pourra t-elle nous sauver ?

La grippe espagnole pourra t-elle nous sauver ?

La grippe aviaire fait couler beaucoup d’encre dans les milieux spécialisés. Deux articles parus dans les célèbres revues Nature et Science se penchent sur les similarités entre la grippe espagnole et la grippe aviaire.

Les articles montrent que la structure du virus de 1918 est très prochede celle des virus aviaires. Cette nouvelle fait froid dans le dos, quand on connaît le nombre de morts que la grippe espagnole a engendrées. Les autres virus des grippes meurtrières (les virus H2N2 de 1957 (la grippe asiatique) et le H3N2 de 1968 (grippe de Hongkong)) sont sensiblement différents. La grippe espagnole était sans doute le fruit d’un virus aviaire qui a muté et s’est adapté à l’homme.

Cette découverte va peut-être permettre aux chercheurs d’être plus réactifs face à la mutation de la grippe aviaire, et de pouvoir réaliser un vaccin efficace dans des délais raisonnables. Les délais seront en effet très courts : il faudra à tout prix éviter qu’un foyer de grippe qui se transmettra de l’homme à l’homme ne s’élargisse en pandémie. Le génome du virus de la grippe espagnole permettra certainement une meilleure compréhension du génome qui résultera de la mutation de la grippe aviaire.

La pandémie de 1918 tua entre 20 et 50 millions dans le monde. Il y a fort à craindre que la grippe aviaire n’entraîne une telle hécatombe, notamment dans les pays en voie de développement, qui n’ont pas pour l’instant pu - pour des raisons financières - réserver des stocks de vaccins fabriqués par les grands laboratoires pharmaceutiques comme Sanofi-Pasteur.

A l’Institut de pathologie de l’armée américaine (AFIP), une équipe de scientifiques, dirigée par Jeffrey Taubenberger, a achevé de déchiffrer huit gènes du virus H1N1 qui était responsable du virus de la grippe espagnole.

De manière technique, une autre équipe de chercheurs, dirigée par Adolfo Garcia-Sastre et Terrence Trumpey, a cherché à déterminer l’élément pathogène du virus. La compréhension de cet élément permet notamment d’avoir des indices sur la virulence du virus, c’est l’objet de l’article de la revue scientifique Science. Le virus ainsi reconstitué paraît pouvoir infecter les humains au niveau des poumons, il est très virulent chez les souris et pathogène pour les poulets.

La description des trois derniers gènes du virus de la grippe espagnole a été publié aujourd’hui dans la revue scientifique Nature.

Les conclusions auxquelles aboutissent ces deux équipes de chercheurs se rejoignent. Il y aurait une forte similarité entre le virus de la grippe espagnole H1N1 de 1918 et les virus de type aviaire.

Néanmoins, la reconstruction du virus de la grippe espagnole a été réalisée par le Centre de contrôle des maladies (CDC) à Atlanta, aux Etats-Unis. Les chercheurs ont donc sorti des placards un virus hautement dangereux pour mieux comprendre celui qui serait susceptible de nous toucher.

Actuellement, les organismes internationaux qui s’occupent des phénomènes liés à la santé, comme l’Organisation mondiale de la santé, s’inquiètent de la progression de la grippe aviaire en Indonésie. Plusieurs décès humains ont été constatés. Une campagne d’éradication des volailles a été lancée sur place, mais la tâche est incertaine, tant la population aviaire est présente partout.

Pour l’instant, le virus ne s’est transmis que par un contact prolongé avec les volailles ; néanmoins, le virus pourrait muter bientôt pour se transmettre d’homme à homme. La situation deviendrait alors catastrophique en Indonésie, où les autorités de Jakarta n’ont pas les ressources suffisantes pour endiguer un début de pandémie. Des équipes d’experts ont été dépêchées sur place.

Les découvertes réalisées par les deux équipes de chercheurs relancent un optimisme incertain. La poursuite de ces recherches pourra peut-être permettre d’ éviter une nouvelle catastrophe mondiale.

N.B. Pour aller plus loin, n’hésitez pas à lire également l’analyse approfondie faite par un de nos citoyens reporters dans l’article "Grippe Aviaire : ce que l’on ne vous dit pas" ainsi que le dossier Agoravox.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès