Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > La plus belle histoire de Ségolène Royal, un PS-Seller ?

La plus belle histoire de Ségolène Royal, un PS-Seller ?

Aujourd’hui c’est la Sainte-Barbara. Barbara comme Barbara, la dame en noir qui chantait Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous. Coïncidence (?), depuis aujourd’hui Ma plus belle histoire c’est vous, c’est aussi le titre du livre (paru chez Grasset) de Ségolène Royal, la dame en rose. Manque juste le mot amour.

L’ex-candidate à la présidentielle solde ses comptes. Règle ses comptes, plutôt. Dans Ma plus belle histoire, c’est vous, « vous », ce sont ses 17 millions d’électeurs à qui elle dédicace son livre, pas ses « amis » socialistes. Ségolène Royal leur a envoyé son livre avec ce petit mot, inscrit de sa main : « Bien cordialement. Ségolène Royal ». Pas vraiment cordial.

De toute façon, au PS, les amis de Jospin ne veulent plus entendre parler de Ségolène Royal. Jospin, c’est qui, déjà ? Ceux de Hollande ne veulent plus entendre parler de Ségolène Royal. C’est qui Hollande ? Et ceux de Fabius, et ceux de DSK..

« Depuis sa défaite et l’échec de sa tentative de s’imposer à la tête du PS, explique Le Monde, Ségolène Royal a connu quelques coups de blues, mais elle n’est pas restée inactive. Elle estime avoir largement contribué à faire bouger les lignes au sein du PS, et veut se rendre incontournable. Ses positions sur le rapprochement avec les centristes, la réforme des retraites ou l’approbation du traité européen de Lisbonne sont désormais implicitement ou explicitement partagées par une majorité de responsables socialistes. Dans ces conditions, elle pense pouvoir inspirer la rénovation du PS et "fédérer une nouvelle offre politique à gauche". »

Ségolène Royal prépare activement le congrès de 2008. Désir d’avenir, son « courant » s’est installé dans le chic boulevard Raspail où elle se retrouve autour de ses fidèles - Jean-Louis Bianco, François Rebsamen, Aurélie Fillipetti, Vincent Peillon, etc. « L’agenda de Ségolène Royal est saturé, selon Le Monde. Décidée à revenir au centre du jeu, elle multiplie les rendez-vous avec les parlementaires et n’hésite pas à reprendre contact avec certains dirigeants socialistes jospiniens ou strauss-kahniens qui n’avaient pas soutenu sa candidature. Elle a rencontré les anciens ministres Hubert Védrine, Elisabeth Guigou, Alain Richard et Pierre Moscovici ».

« A la fin de Ma plus belle histoire, c’est vous, Ségolène Royal écrit : "Je ne connais pas encore le lieu, ni la date, mais je sais qu’un jour nous nous retrouverons". »

Rendez-vous est pris.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Les thématiques de l'article


Palmarès