Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Le DAL condamné : condamnation unanime de la condamnation

Le DAL condamné : condamnation unanime de la condamnation

La rue de la Banque ? Facile à trouver, vous ne pouvez pas vous tromper : c’est en face de la Bourse. Vous savez, la Bourse, celle qui a viré des milliers de ménages américains de leurs logements, celle qui est en train de nous faire subir la pire crise économique de l’histoire. Du 3 octobre au 15 novembre 2007, il y a donc un an tout juste, l’association Dal (Droit Au Logement) a mené une action destinée à faire prendre conscience aux citoyens qu’il y a avait un grave problème de logement dans ce pays. Le Dal a donc installé un campement de tentes abritant des mal logés. Rue de la Banque.

Hier, la justice a condamné le Dal à 12000 euros d’amende pour avoir installé ce campement. Vous avez dit justice sociale ? Evidemment Olivier Besancenot qui vient de son côté de bénéficier de la clémence de la justice dans l’affaire du Taser, ne s’est pas privé de dire ce qu’il pensait de cette « décision politique absolument révoltante". Pour le leader du Nouveau Parti Anticapitaliste, « L’association Droit au logement a été condamnée pour "avoir rendu visible le problème du mal logement en France", a réagi M. Besancenot sur France 2 », rapporte le Figaro. « On préfère que les mal logés les sans-logis aillent crever tranquillement dans le bois de Vincennes loin de nos yeux, loin du regard de tout le monde » a t-il poursuivi.

La presse s’est largement faite écho de cette décision : « Chacun sait qu’il est interdit de déposer des détritus sur la voie publique. Question d’hygiène... Vous saurez dorénavant qu’il est également interdit de laisser traîner dans la rue des SDF sous une tente. Un SDF sans tente, c’est mortel par grand froid, mais c’est toléré » a ironisé Francis Brochet dans le Progrès.

De son côté, Michel Lépinay, de Paris Normandie, s’interroge : « Malgré les engagements du candidat Nicolas Sarkozy qui avait juré pendant sa campagne qu’en cas d’élection, plus personne ne serait obligé ’de dormir dehors sur les trottoirs d’ici deux ans’. Il va falloir faire vite. Il ne reste plus que six mois pour le démontrer ! ».

Dans La Charente Libre, Jacques Guyon constate : « Ainsi, alors que sous la houlette trempée dans la bien-pensance de Christine Boutin on évoquait à Marseille doctement, européennement et bien au chaud ’l’accès des personnes en difficulté à un logement de qualité’ (sic) pour la première fois depuis que le Dal manifeste (et Dieu sait qu’il en a monté, des tentes, depuis 1990, de l’esplanade de Vincennes aux Invalides) un tribunal de la République française prononçait une condamnation ».

L’Express donne la parole aux associations et aux élus : « Dans un communiqué, l’association France Terre d’Asile fait part de son incompréhension. "Il est possible d’avoir, avec le Dal, des différences d’approche et de méthode, mais on ne peut laisser condamner une association qui lutte avec constance, courage et opiniâtreté, pour le droit à l’hébergement et à un logement pour tous", déclare-t-elle. Le maire du 2e arrondissement de Paris, Jacques Boutault, s’est également dit "consterné." "Il est scandaleux que les militants et les mal logés soient traités, du fait de ce jugement, comme des délinquants qui encombreraient l’espace public par simple négligence", a-t-il déclaré dans un communiqué. Selon l’élu (Verts), il s’agit "d’un jugement à caractère politique" qui sonne comme "un très mauvais signal" et cette période de "grave crise du logement." »

Bref, hier tout le monde s’est exprimée sur cette décision de justice. Tout le monde sauf une personne : Nicolas Sarkozy qui habituellement est tellement prompt à dégainer…



Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès