Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Le Liban se prépare à une présidentielle à haut risque

Le Liban se prépare à une présidentielle à haut risque

Le Parlement libanais a été convoqué le 24 septembre dernier. Il s’agissait d’un événement décisif dans la course à la succession du président Emile Lahoud, figure prosyrienne et dont les fonctions à la tête de l’Etat prennent fin le 23 novembre prochain. Course contre la montre pour les députés qui n’ont même pas deux mois pour sortir le pays d’une des crises politiques, la séance n’a pas mobilisé les deux tiers des députés requis et a dû être ajournée. Ce alors que les Libanais affrontent une des crises les plus graves que leur pays a connu à l’issue de la guerre civile.

A l’ordre du jour figure une priorité : nouer le dialogue entre les communautés. C’est donc dans les quatre prochaines semaines que démarre la confrontation entre les figures de la majorité souverainistes, fragilisée par une succession d’attentats à la voiture piégée, et l’opposition prosyrienne, loin d’en démordre et qui prône le boycott. L’assassinat du député Antoine Ghanem il y a une semaine a créé une crispation perceptible des deux côtés, et les obsèques du malheureux n’ont pu compter ni sur la présence des députés du Hezbollah ni sur celle des partisans du général Michel Aoun.

Le pari de l’ouverture, orchestré par le président du Parlement Nabih Berri, pourrait néanmoins rencontrer un écho. Sa proposition, visant à désigner un président « neutre » en échange de l’abandon par l’opposition de l’exigence de formation d’un gouvernement d’unité nationale, pourrait être entendue de part et d’autre. On parle en coulisses de Michel Sleimane, commandant en chef de l’armée libanaise.

Reste que si aucun compromis n’est trouvé, la majorité sera en droit d’élire un président issu de ses rangs. Les députés de la majorité estiment en effet que suite à l’épisode de mardi dernier, le vote pourrait désormais s’en tenir à la majorité simple, ce que le général Aoun de l’opposition chrétienne, de son côté, interpréterait comme une déclaration de guerre. La presse libanaise reste optimiste sur la suite des événements.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès