Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > « Le Premier jour », Marc Levy le créa

« Le Premier jour », Marc Levy le créa

"Le Premier jour débute aujourd’hui. Neuvième roman de Marc Lévy, l’homme qui a déjà vendu 17 millions de livres, il bénéficie d’un tirage de départ de 500 000 exemplaires. Un spectaculaire et inexplicable succès populaire.

Et si le secret de Marc Lévy, 48 ans, résidait dans les titres de ses livres ? Ils n’ont l’air de rien. Des paroles en l’air. Mais qui restent : « Et si c’était vrai », « Où es-tu ? », « La prochaine fois », « Vous revoir », Mes amis Mes amours », « Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites ».
 
Des mots de tous les jours avec lesquels sans doute ses lecteurs se sentent proches. « Le premier jour » qui sort aujourd’hui ne déroge pas à cette règle. Publié chez Robert Laffont, comme les huit précédents, quasiment un par an depuis 2000, « Le premier jour » est promis à un bel avenir. L’éditeur table sur un tirage initial de 500 000 exemplaires. On va en voir du Marc Lévy dans les transports en commun.

On ne comprend pas les raisons du succès de Marc Lévy. Les intrigues tiennent en quelques mots. « Un étrange objet trouvé dans un volcan éteint va révolutionner tout ce que l’on croit savoir de la naissance du monde. Il est astrophysicien, elle est archéologue. Ensemble, ils vont vivre une aventure qui va changer le cours de leur vie et de la nôtre », est-il écrit sur la quatrième de couverture du Premier jour qui sort aujourd’hui.

Ouest-France relève que s’il n’y a pas de recette, il sans doute des fonds de sauce : « Des histoires flirtant parfois avec le merveilleux et les bons sentiments, racontées simplement ». Et puis, il y a du travail. Beaucoup : 17 heures par jour. Pas une sinécure d’être auteur de best-sellers !

Patron d’une entreprise d’images de synthèses aux Etats-Unis, Marc Lévy ne se destine certainement pas à devenir auteur de best sellers. Ce genre de choses arrivent un peu par hasard. Il écrivait des histoires qu’il racontait à son fils jusqu’à ce que celui-ci, devenu grand, préfère regarder la télé. Mais le papa garde les histoires au chaud. Sa sœur lui conseille de les faire publier. Il les adresse à Robert Laffont qui, en 1999, « se montre intéressé » par le manuscrit de « Et si c’était vrai », et le confie « à l’une de ses salariés : Susanna Léa (depuis, elle a créé sa propre société d’agent littéraire). Elle va en faire de l’or » rapporte Ouest-France.

La suite, on la connaît. Avec Guillaume Musso, Marc Lévy est le roi du best sellers en France. Sa popularité publique est inversement proportionnelle à sa cote d’amour dans les médias. A son propos Marc Lévy a son explication, qu’il livre au Nouvel obs : « Si le microcosme littéraire a l’honnêteté de dire ce qu’il pense, c’est que le livre est exclusivement réservé à une petite élite de gens très intelligents et cultivés, qu’il le dise. Mais on ne peut pas à la fois appartenir à un milieu littéraire et dire dans les interviews qu’il faut protéger le livre, qu’il est en danger, et en même temps critiquer les gens qui lisent en grand nombre ».
 
Et si le secret de Marc Lévy était l’amalgame ?

 

Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès