Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Le scooter de Jean Sarkozy sur la sellette

Le scooter de Jean Sarkozy sur la sellette

A l’origine, il s’agit d’une banale affaire de circulation routière. N’étaient la personnalité du prévenu et l’affaire jugée. Pas si banale, en fait. Début décembre, jugé devant la cour du Tribunal correctionnel de Paris pour un incident routier, le fils de Nicolas Sarkozy, Jean, 20 ans, nie.

Le cadet des deux enfants du premier mariage du chef de l’Etat était alors accusé d’avoir pris la fuite après avoir endommagé une voiture avec son scooter le 14 octobre 2005, place de la Concorde à Paris.

Une expertise privée avait démontré que le scooter de Jean Sarkozy, aujourd’hui connu pour être le tombeur de David Martinon à Neuilly, n’a pu emboutir la berline du plaignant, M. M’Hamed Bellouti pour qui « le commissariat du XVIe arrondissement n’a donné aucune suite à l’affaire, malgré ses démarches, et que trois courriers envoyés par son assureur à celui de Jean Sarkozy n’ont reçu aucune réponse », avait rapporté Le Monde à l’époque.

Le Tribunal avait donc ordonné un complément d’information pour la réalisation d’une expertise indépendante. Cette expertise devait dire si les dégâts constatés sont ou non possibles avec un scooter. En attendant le jugement, prévu le 25 juin prochain devant la 10e chambre du Tribunal correctionnel, un rebondissement imprévu vient de surgir.

« Désigné par le tribunal correctionnel de Paris le 3 décembre dernier, fait exceptionnel dans un litige de ce type portant sur 260 euros, l’expert devait dire si les dégâts constatés sur le véhicule du plaignant, M’Hamed Bellouti, étaient ou non compatibles avec un choc avec un scooter, rapporte RMC. Dans une note envoyée aux parties, Michel Gilabert lance une mise en garde sur les limites de sa mission car, dit-il, les faits sont très anciens - octobre 2005 - et il n’est donc plus possible de voir les véhicules dans leur état initial, a-t-on précisé de source judiciaire ».

L’expert n’abandonne pourtant pas et réalisera bien le travail pour lequel il est mandaté. Après que Jean Sarkozy a eu recours à une recherche d’empreinte génétique pour retrouver son scooter début 2007, on mobilise des moyens sans commune mesure avec les faits pour prouver qu’il a ou non embouti une voiture avec son deux-roues.

Une forme de rupture ?


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès