Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Le vrai canard, un pavé dans la mare ?

Le vrai canard, un pavé dans la mare ?

Ça y est, on va enfin savoir la vérité sur le Canard enchaîné ! Karl Laske et Laurent Valdiguié, deux journalistes publient chez Stock Le vrai canard, une grosse enquête la « face cachée » du Canard enchaîné.

Il y a eu la face cachée du Monde. Maintenant c’est la face cachée du volatile, comme disait le général de Gaulle. Qu’apprend-on dans cette enquête qui a demandé un an et demi de travail à Karl Laske (journaliste à Libération) et Laurent Valdiguié (journaliste à Paris Match) ?

Alors, le Canard ? « Tout sauf transparent : ils n’ont pu rencontrer ses dirigeants, certains de ses journalistes l’ont fait en cachette. Tout, sauf crédible : d’après les auteurs, l’histoire du compte secret de Chirac au Japon est un bobard auquel même la rédaction du Canard ne croyait pas. Tout sauf convivial : l’image de la plume trempée dans le beaujolais, colportée depuis des décennies, s’échoue sur l’aveu de l’un de ceux qui y ont collaboré une quinzaine d’années dans les années 1960 : « On s’y fait c... » La rédaction est cloisonnée, certains journalistes plus égaux que d’autres » rapporte Ouest France.

A part Ouest France qui, comme on le voit, n’y va pas par quatre chemins, l’ensemble de la presse est plus modérée et se contente de relater de façon très factuelle la sortie du Vrai canard.

« Si c’est vrai, énonce onctueusement Daniel Schneidermann dans Libération il est évidemment très ennuyeux de voir le Canard transformé en journal officieux de la cour. Et d’autant plus incompréhensible que le Canard, dans les grands journaux français d’aujourd’hui, est un des seuls qui n’aient strictement rien à attendre du pouvoir ».

De son côté le Canard, par la voie de son rédacteur en chef, Michel Gaillard, a répondu vertement aux auteurs. Il tire à boulet rouge, en une et en page intérieure) sur le livre, démontant les arguments des deux journalistes. Mais répond-il sur le fond ?
« Préparé à la contre-attaque, précise Politique-fluctuat.net, Karl Laske se dit pourtant « très tranquille » par rapport aux accusations du Canard, qui selon lui « ne portent pas sur le fond ». Et s’amuse d’être présenté, avec son collègue, comme un aigri qui n’aurait pas digéré de ne pas être rentré au journal après avoir pigé pour les Dossiers du Canard ».

Bref un livre de 500 pages pour dire que le Canard a été mitterrandien sous Mitterrand, sarkozyste sous Sarkozy, que le journal de Carla B.est écrit par Pierre Charron et que l’hebdomadaire est riche à millions… Les lecteurs du volatile qui aiguisent chaque semaine leur sens critique en lisant le Canard et on avec lui des rapports particuliers, tissés de complicités, de fidelité et d’agacements, en rient déjà…

Sur le site politique-fluctuat.net, les commentaires sont révélateurs.

De Pouic : « …concernant l’enquête en elle-même, je n’ai évidemment pas lu le livre mais j’ai lu l’article de l’express qui en publie les bonnes feuilles et comme d’habitudes sont probablement les seules bonnes feuilles. A deux trois révélations près, c’est plat, très plat. je suis déçu, j’attendais quelque chose de consistant. ce qu’on apprend sur la page 2, bah on le savait tous plus ou moins. évidemment ceux qui balancent le font pour gagner des points quelques part. et le canard avait lui-même, page 2 il y a quelques mois, fait comprendre que Sarkozy balançait régulièrement. Ils savent des tas de trucs, publient un tas de confidences, évidemment, ils ont des informateurs qu’ils bichonnent… ».

De lafken hogon : « Je crois que ce qui est intéressant dans le bouquin, c’est ce qui ressort de l’interview de Karl Laske : comment peut-on faire d’un côté du journalisme politique où tout est dans la proximité du pouvoir pour avoir des news et, en même temps, produire du journalisme d’investigation qui demande une distance, une froideur avec les pouvoirs en place. Il semble que ce soit cette schizophrénie et le fait que le Canard ait abandonné sa vocation de journal d’investigation qui ait le plus choqué les journaleux ayant fait ce bouquin. Après, je ne suis pas certain qu’ils recherchaient le prix Pulitzer, mais juste à questionner une "institution" comme une autre... ».

Beaucoup de bruit pour rien….



Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles







Palmarès