Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Les remous de Blackwater en Irak

Les remous de Blackwater en Irak

En ce jour, mercredi 19 septembre, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a fortement encouragé les Etats-Unis « dans leur propre intérêt » à faire appel à une compagnie de sécurité autre que Blackwater pour protéger les diplomates américains à Bagdad. M.al-Maliki, qui n’hésite pas à parler de « crime grave » pour qualifier la fusillade ayant coûté la vie à dix civils irakiens lors d’un convoi diplomatique escorté par Blackwater, évoque de grands ressentiments au sein du gouvernement et de la population, parlant de « colère générale » vis-à-vis de Blackwater.

Dimanche dernier, l’Irak avait annoncé vouloir prendre des mesures pour révoquer la licence de Blackwater, et interdire à l’entreprise d’exercer ses activités dans le pays. On évoquait également le devoir des familles des victimes de porter plainte. Pour le moment aucune mesure n’affecte directement Blackwater, que ce soit l’entreprise ou son personnel. L’ambassade américaine à Bagdad a toutefois fait savoir qu’elle met un coup d’arrêt provisoire aux déplacements terrestres de ses personnels, par peur d’une recrudescence d’hostilités. Blackwater, qui opère en Irak depuis le début de la présence des troupes américaines sur son sol en 2003, est pointée du doigt par Nouri al-Maliki «  pour avoir commis sept crimes à ce jour depuis qu’elle a reçu sa licence du ministère de l’Intérieur ».

Le Premier ministre ajoute que « cette entreprise doit être punie. L’on ne peut autoriser cette structure à tuer des Irakiens de sang froid. Leurs activités ont été interdites, et une commission jointe a été formée pour enquêter sur cet incident », mais ne peut pour l’instant déterminer avec certitude si les Irakiens tués étaient des rebelles ou des innocents. Ce dernier point aura une grande importance dans le déroulement de l’enquête, et qui pour l’instant n’a pas abouti à des conclusions finales. Pour l’heure, officiels irakiens et américains ont mis en place un comité conjoint afin de résoudre la crise engendrée par les événements, et, selon le porte-parole du gouvernement irakien Ali al-Dabbagh, les discussions ont débuté aujourd’hui même.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès