Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Les Verts en ordre de combat

Les Verts en ordre de combat

Les 544 délégués rassemblés en Congrès national à Bordeaux ces jours derniers, pour définir les axes de travail des deux prochaines années, ont mis de l’ordre dans la profusion des positions politiques commentées depuis quelques semaines : à 54,75 %, ils ont adopté la synthèse intitulée « Le troisième temps de l’écologie politique », qui englobe trois des quatre principales motions - celles qui ont été soutenues par Cécile Duflot, Noël Mamère et Dominique Voynet-Alain Lipietz. 23,55 % des délégués ont opté pour la motion défendue par Yves Cochet. Dans quinze jours, lors du Conseil national qui se tiendra à Paris, il faudra, selon les statuts du parti, que la motion de synthèse recueille 60% des voix.

Face à un lancinant problème d’image dans l’opinion, le discours des Verts a pris un caractère résolument politique. S’ils percent assez bien lors des élections locales et européennes, les Verts s’imposent de plus en plus difficilement dans un scrutin national. Noël Mamère y voit un paradoxe : « Rarement nos idées ont été autant diffusées et notre faiblesse politique aussi grande. » Deux sources de confusion semblent se mêler, d’un côté la médiatisation des tensions qui les opposent, souvent perçues comme significatives de rivalités de personnes, et de l’autre, et c’est un phénomène plus récent, la limpidité des descriptions de Nicolas Hulot, persuasif au point d’être crédité de 10 % des intentions de vote par l’Institut Ipsos, selon Le Point du 15 novembre, alors même qu’il n’est pas candidat (certains diront « parce que »), et que répétant qu’il n’est « ni à droite, ni à gauche, ni au centre », et veut agir « comme une ONG »,  il met sur la scène sociale un Pacte écologique dont la fonction est de stimuler la prise de conscience collective des dangers et des dégâts qui pèsent sur les équilibres naturels.

Le rôle du parti des Verts, a insisté Dominique Voynet à la tribune du congrès, c’est de « mettre la société en mouvement », de proposer des idées susceptibles de résoudre à la fois les problèmes posés par « l’urgence écologique » et « l’urgence sociale », rappelant que seul le combat sur le terrain politique peut changer les choses : les Verts sont, selon elle, pour cela « les meilleurs garants de l’inscription de l’écologie dans les politiques publiques ». Parmi les actions prévues, sont ainsi cités la limitation du recours au travail à temps partiel, la création d’un revenu de « solidarité active », d’un service public de la « petite enfance », la mise en place d’un « chèque santé » garantissant une alimentation saine pour tous, outre les propositions proprement écologiques, comme un projet de loi sur la proportionnelle, la réorientation forte des politiques en matière d’énergie, la rupture programmée avec le nucléaire, pas un kilomètre d’autoroute en plus...

Les Verts veulent éviter de « devenir biodégradables », selon les termes de Noël Mamère, et lever rapidement les blocages qui entravent leur fonctionnement pour se tourner résolument vers « une révolution écologique ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (20 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès