Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Maïs transgénique : un cultivateur se suicide

Maïs transgénique : un cultivateur se suicide

Marié et père de quatre enfants, cet éleveur de porcs, âgé de 46 ans, avait annoncé à la gendarmerie qu’il allait se donner la mort.

Dans son champ de Girac dans le Lot, au pied de l’arbre où l’homme a été retrouvé pendu : un pied de maïs et un tract annonçant une manifestation près de son exploitation.

Bien que la thèse du suicide ne soit pas mis en doute, une enquête a été tout de même ouverte par le parquet de Cahors. Toutefois, une source judiciaire mentionne « la difficulté de faire le lien entre une manifestation qui s’annonçait pacifique et ce geste ».

Marcelle Pierrot, préfète du Lot, a rencontré la famille de la victime et a échangé avec des militants anti-OGM. Patrice Vidieu, porte-parole de la Confédération paysanne du Lot, précise : « Nous n’étions pas là pour faucher mais pour provoquer un débat sur les OGM ».

La manifestation devait se présenter sous la forme d’un pique-nique, près des cultures de maïs transgéniques de l’éleveur, destinées à l’alimentation animale. Elle a été annulée par les organisateurs lorsque ces derniers ont appris le décès.

Côté ministères, Jean-Louis Borloo et Michel Barnier ont présenté leurs condoléances à la famille de la victime et ont annoncé « un appel commun à l’apaisement et à la dignité à l’intention de tous les acteurs du débat sur les OGM », « dans le souci de respecter le deuil de la famille et de prévenir toute interprétation hâtive ».

Ils estiment "que la question des OGM reste ouverte dans notre pays. Elle n’est pas tranchée et ne pourra l’être qu’à l’issue d’un véritable débat de société, dans un climat serein, au cours duquel tous les points de vue pourront être entendus. Les travaux actuellement conduits à l’occasion du Grenelle de l’environnement offrent précisément le cadre d’une telle réflexion".

Ce week-end, plusieurs manifestations ont été organisées sur le territoire français par les militants anti-OGM dont une action près de Murviel-lès-Béziers dans l’Hérault où près de 200 militants, dont José Bové, ont fauché des pieds de maïs transgéniques pour les déposer ensuite à la sous-préfecture de Béziers. "Tant qu’il n’y aura pas de moratoire sur les cultures OGM, nous poursuivrons ce genre d’actions", a-t-il déclaré. "Bien sûr c’est une action illégale mais nous assumons nos actes", a-t-il ajouté.

Le mouvement des faucheurs volontaires est un mouvement de désobéissance civique qui a émergé en août 2003. Lors d’une récente rencontre avec la secrétaire d’Etat à l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, ces derniers ont annoncé de nouvelles actions de fauchage en l’absence de mesures fortes prises par le gouvernement.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès