Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Marceau : le mime s’effondre

Marceau : le mime s’effondre

Le personnage Bip, tout le monde s’en souvient... Son inventeur, Marcel Marceau, nous a quitté à l’âge de 84 ans.
Soixante ans de carrière. Soixante ans à fouler les planches du monde entier.
Marcel Marceau avait hissé le mime à son apogée.

Silhouette filiforme et visage expressif, comme Hugo, « je serai Chateaubriand ou rien », il clamait « Je serai mime ou rien ». Il fut mime. Remarquablement.
Son modèle ? Charlie Chaplin.

Né en 1923 à Strasbourg, son père, Charles Mangel, était boucher. A la Seconde Guerre mondiale, Mangel devint Marceau. Juif, son père fut déporté en camp de concentration, à Au­schwitz, pour ne plus jamais revenir. Marcel Marceau s’engage alors dans le Résistance.

Contraint de se cacher, il rejoint le Rhin dans un premier temps, puis Paris où il exerce le métier d’éducateur à Sèvres. C’est à ce moment-là qu’il commença les cours de théâtre chez Charles Dullin. Sa passion pour le mime le conduisit à l’homme qui deviendra son maître : Étienne Decroux de qui il apprit « la statuaire mobile », entre autres.

Marcel Marceau choisira ainsi le silence et la gestuelle à la parole. Dans l’immatériel, il nous retranscrit le monde tel qu’il l’observe. « Avec le faux nous faisons du vrai », disait-il.

Le mime de Marceau a eu la reconnaissance qu’il méritait avec la création du personnage « Bip ». Selon lui, « pour faire renaître le mime, il me fallait un personnage, car c’est le personnage qui fait la légende. Alors Bip est né. ». A seulement 24 ans, il crée ce personnage, inspiré de Pip, héros des Grandes Espérances de Dickens, filiforme au visage blanc, accompagné d’une fleur rouge relevant en couleurs maillot rayé et pantalon blanc.

Pierrot ? Charlot ? Un peu des deux, sûrement. Silhouette longiligne et doigts filiformes, sa gestuelle transportait petits et grands.

Ce duo parcours ainsi le monde : Suisse, Belgique, mais aussi Amérique du Sud, Israël, URSS, Chine... En France également, mais « En France, on attend toujours d’un artiste qu’il se renouvelle. Je crois au contraire qu’il faut de temps en temps retourner aux sources. »

Et c’est au rythme de 200 représentations annuelles que le duo Bip - Marceau foulent le plancher des salles spectacle du monde entier.

Pour Marcel Marceau : « Le geste est éphémère, aucun homme ne peut travailler dans l’éphémère pur. Ce que je recherche à présent c’est l’immortalité. »


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès