Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Me André Chamy, avocat français de Saddam Husseim, réclame l'accès au (...)

Me André Chamy, avocat français de Saddam Husseim, réclame l'accès au dossier d'instruction

MULHOUSE (AP)

Me André Chamy, avocat français de Saddam Hussein, a confirmé qu’il comptait se rendre au procès de l’ancien chef d’Etat même s’il n’a pas encore été informé officiellement de sa date et alors qu’il en ignore les modalités.

Le procès débutera le 19 octobre, ont annoncé vendredi les autorités judiciaires irakiennes.

Me Chamy, qui n’a vu aucune de ses demandes de rendez-vous satisfaites à ce jour, se trouve confronté à de nombreuses difficultés qui, estime-t-il, entravent son rôle de défenseur. « L’accès au dossier n’est pas assuré, l’accès au président (Saddam Hussein), en libre accès, n’est pas assuré, les rendez-vous sont choisis par les autorités judiciaires. Imaginez que j’arrive à Bagdad, je ne suis pas sûr de pouvoir rencontrer Saddam Hussein », a-t-il déclaré à l’agence Associated Press (AP).

Me Chamy sait depuis trois mois qu’il est accepté par le ministère irakien de la Justice en tant que conseil de l’ex-« raïs ».

L’avocat, dont l’étude se trouve à Mulhouse (Haut-Rhin), se dit surpris par le déroulement de l’instruction et le secret qui prévaut. « Il y a des personnes présentes dans la salle d’instruction, nous ne savons pas qui elles sont. L’autre jour, Saddam Hussein a été violemment agressé par l’une de ces personnes alors qu’en principe un officier américain -changé toutes les deux heures- est là pour assurer sa protection. A moins qu’il ne s’agisse d’autre chose. A ma connaissance, aucune poursuite n’a été engagée contre l’agresseur ».

Pour Me Chamy, le rôle des Américains est prépondérant. « Un officier américain spécialisé dans le pénal, est toujours présent » ; « juriste et chargé du renseignement ? », s’interroge l’avocat français. Cet officier semble incontournable pour certaines requêtes, dit-il.

Me André Chamy, qui ignore quels seront ses honoraires, a suggéré aux autorités d’utiliser les 750.000 dollars saisis sur Saddam Hussein lors de son arrestation, une somme censée appartenir à l’ancien dictateur. « Les Américains refusent de répondre, les Irakiens disent qu’ils ne peuvent rien. C’est un procès partagé entre deux pays ».

Me Chamy redoute en outre que sa sécurité ne soit pas assurée. « La sécurité des avocats n’est pas assurée dans Bagdad, imaginez-nous circulant dans cette ville, sans protection ». Me Chamy se demande s’il peut compter sur la France et n’exclut pas de demander une protection au Quai d’Orsay. « Pour l’instant, ma qualité d’avocat a été prouvée puis reconnue à Bagdad. La recomposition de la défense n’est pas terminée et la date de mon arrivée à Bagdad pas encore fixée ». AP


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès