Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Mesdames, au café

Mesdames, au café

Il était de notoriété publique que déguster un petit verre de vin rouge, après chaque repas, éloignait les risques d’infarctus du myocarde, que la consommation de yaourts favorisait la longévité, de même que le régime méditerranéen a eu sa période de succès (toujours d’actualité d’ailleurs). Le pain, banni de tous les régimes a fait sa réapparition voici quelques années, le saucisson (trois tranches s’il vous plaît, point trop n’en faut) ainsi que le sucre (indispensable nourriture du cerveau).

Il ne manquait plus que le café, notre petit noir tant décrié. Un excitant cardiaque à proscrire, une boisson contenant des telles doses de caféine, que l’on finissait même par se demander pourquoi sa commercialisation n’en était pas réglementée.

Et voilà que la revue Neurology publie des résultats renversants de quatre années de recherche. En effet, l’équipe de l’ Inserm, dirigée par Karen Richie, coordonnatrice du centre de Montpellier, démontre les bienfaits du café sur la mémoire et les fonctions cognitives de la femme de 65 ans et plus. Cette étude de l’Institut national français de la santé, menée en collaboration avec l’université de Lisbonne, a démontré la corrélation entre les performances intellectuelles et la consommation de trois tasses de café, ou six tasses de thé chez la femme. Que l’homme ne soit pas concerné par cette découverte, demeure encore inconnu, mais "Il est possible que les hommes et les femmes métabolisent différemment la caféine ou bien encore qu’il y ait une interaction hormonale" ( Karen Richie).

L’effet protecteur de la caféine sur les fonctions cognitives, telles que la logique, le langage, la mémoire a clairement été établi chez 4 197 femmes contre 2 820 hommes tous agés de 65 ans ou plus. Par contre, le spectre de la maladie d’Alzheimer ne s’éloigne pas encore, et il est encore « besoin de poursuivre cette étude encore deux ans pour mieux étudier la relation entre caféine et Alzheimer. Il est probable que la consommation de caféine ne joue pas de rôle sur l’apparition de la maladie mais sur sa progression ». Les résultats de cette étude, connue chez les souris femelles, n’apparaissaient pas comme pouvant exister chez la femme, déclare la chercheuse Karen Richie.

Mesdames, buvez donc trois tasses par jour de ce délicieux breuvage découvert vers 1 300 en Arabie et importé au milieu du XVIIe siècle en Angleterre, et vous serez imbattables au Sudoku ! Chaque boisson, aliment, condiment se verra-t-il alors, tel le café considéré comme un vice il y a encore peu, réhabilité à condition de ne pas être ingéré de manière anarchique ? Si la nature donne ainsi à l’homme tout ce dont il a besoin en matière de santé, nous allons peut-être bientôt à leur tour, voir les alicaments cloués au pilori.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès