Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Mort de Thierry Jonquet

Mort de Thierry Jonquet

Il fut l’un des meilleurs représentants du néo polar. Avec Didier Daeninckx, Frédéric Fajardie (mort l’an passé), Jean-Bernard Pouy ou encore Marc Villard, le romancier et novelliste Thierry Jonquet, né en 1954, est mort dimanche 9 août 2009 à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris. Il avait 55 ans.
 
Thierry Jonquet c’est une voix. Un style. Certainement l’un des meilleurs de cette génération. Ce n’est pas pour rien que Robert Soulat lui réserva le numéro 2000 de la Série noire (La bête et la belle) qui paraît en 1985.
 
Sa bibliographie est imposante (on la voir sur le site perso de Thierry Jonquet).
Il publie son premier livre, Mémoire en cage, dans la collection Sanguine en 1982. En 2008, dans Libération, il rappellera tout ce qu’il doit à l’écrivain Jean-Patrick Manchette et notamment à son roman Le petit bleu de la Côte Ouest : « La violence des rapports sociaux, et non celle des gangsters, voici ce dont Manchette parle avec une subversion très étonnante dans le récit et une ironie totalement décalée. Pour moi qui militais à l’époque à la LCR, ça a été une révélation. »
 
Mais c’est aussi dans son expérience personnelle qu’il puise sa force. Fils d’un père d’un mécanicien et d’une mère gardienne d’école, tous deux sympathisants du PC, Wikipedia rappelle qu’il « travaille d’abord en milieu hospitalier, notamment en gériatrie et dans un établissement psychiatrique, où il est confronté à la mort et à la folie, qui deviendront les thèmes récurrents de ses romans ».
 
Dès lors commence pour ce militant d’extrême gauche qui signe ironiquement certains de ses livres Ramon Mercader (ce dernier assassina Trotski) qu’il entame une féconde carrière de romancier tant en direction des adultes que de la jeunesse. Il publiera aussi de nombreuses nouvelles, sera scénariste pour la télévision (David Lansky avec Johnny Halliday) et la BD (La Vigie, La Vie de ma mère ou encore Du papier faisons table rase sur des images de Jean-Christophe Chauzy).
 
Son roman les Orpailleurs inspirera la série Boulevard du palais et Mygale, l’un de ses premiers romans publiés à la Série noire, est en cours d’adaptation par le cinéaste Pedro Almodovar sous le titre Tarantula avec Pénélope Cruz et Antonio Banderas.
 
Certains de ses livres susciteront des débats parfois houleux, comme Moloch, publié en 1998 : « Accusé d’avoir violé le secret de l’instruction, Thierry Jonquet avait en définitive vu ses opposants perdre ce procès, au nom du droit des artistes à être inspirés par le réel », rapporte encore Libération. A la parution de Jours tranquilles à Belleville on lui reproche de n’être pas politiquement correct et de ne pas parler « comme il faut » des minorités.
 
Son dernier livre, Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte (titre repris d’un vers de Victor Hugo), paru au Seuil en 2006, "donne une vision assez sombre, rapporte le Nouvel obs, de l’Education Nationale, et lui a valu la médaille d’honneur de la Licra en 2007 ».
 
Pierre Jourde écrira à propos de ce livre : « Les tyrans recrutent classiquement leurs hommes de main chez les déclassés et les petits truands. Avec des victimes, ils fabriquent des machines à faire des victimes. Jonquet cite à propos un texte de Marx condamnant à l’échec les révolutionnaires qui s’appuieront sur la « racaille du lumpenproletariat ». C’est notre lumpenproletariat qui persécute les juifs, lynche les lycéens, brûle les jeunes filles, lapide les pompiers, chasse les médecins et incendie les écoles. Il faut souhaiter que les SA de demain ne soient pas déjà nés dans nos banlieues. Jonquet nous montre notre cauchemar. Il est là, il est en train de devenir notre monde ».

 

Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès