Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Ne dites plus Ingrid Betancourt, mais juste Ingrid

Ne dites plus Ingrid Betancourt, mais juste Ingrid

Ne l’appelez plus Ingrid Betancourt. Appelez-là désormais Ingrid. C’est en effet ce que vient de demander Ingrid Betancourt (mince, je l’ai dit !) devant ses comités de soutien samedi 22 novembre.

 « C’est une drôle de surprise qu’a réservée samedi Ingrid Betancourt aux deux cents personnes membres de ses comités de soutien venues de France et du reste de l’Europe (Irlande, Suisse, Belgique, Italie et Pays-Bas) la rencontrer à l’Hôtel de Ville de Paris » raconte Voici.

En effet, tout de go, l’ex-otage des Farc, après avoir exposé son projet de fondation pour « la défense des droits de l’homme et l’écologie », Ingrid Betancourt a demandé à ses deux principaux groupes de soutien , « Le Comité de soutien à Ingrid Betancourt (Csib) » et « La Fédération internationale des comités Ingrid Betancourt (Ficib) » de ne plus utiliser son nom.
 « Certains participants semblaient un peu déçus, rapporte le Nouvel obs : "Je suis partagé. Il y a des projets dont elle a parlés auxquels j’adhère des deux mains", a dit à l’AFP Ludovic Bardoux. "Mais elle a passé une heure à nous expliquer qu’il ne fallait pas utiliser son nom. On avait presque l’impression qu’elle n’était venue que pour ça", a-t-il ajouté. L’ex-candidate à la présidentielle colombienne a été libérée par l’armée colombienne le 2 juillet dernier, après avoir été otage pendant plus de six ans de la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). Depuis, elle réside à Paris pour des raisons de sécurité ».



Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles







Palmarès