Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > OpenOffice 2 adopté par l’administration centrale

OpenOffice 2 adopté par l’administration centrale

En 2007, 400 000 postes de travail de l’administration centrale française auront abandonné Office de Microsoft au profit de la suite bureautique OpenOffice.org (version 2) et du format ouvert OpenDocument.

L’Agence pour le développement de l’administration électronique et le groupe de travail interministériel réuni pour organiser cette migration massive unissent leurs efforts, distribuant notamment une série d’outils aux administrations qui en font la demande : CD d’installation, ses tutoriaux et mementos, brochures pédagogiques, site de support, outils d’accompagnements, guides pratiques...

Pour l’Etat français, l’objectif est à la fois une économie de coût sur les achats de licences Microsoft, qui se chiffre en millions d’euros, et l’emploi d’un format universel et ouvert, OpenDocument, qui incite à une évolution dans les méthodes de travail : « Le projet de par sa nature induisait une démarche de mutualisation. En effet, la notion de logiciel libre est étroitement liée à un idée de partage des ressources, des connaissances : un état d’esprit qui se prête au travail collaboratif ».

La mutation se fait à grande échelle : le groupe de travail interministériel en charge du dossier a indiqué qu’il « s’agissait avant tout d’optimiser les ressources financières et humaines dont dispose chaque ministère. En restant à l’échelon d’un ministère, le projet ne pouvait prendre la même ampleur. Nous avions intérêt à nous rassembler de façon à traiter ensemble les problématiques  ».

Après la gendarmerie nationale, les ministères...


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (82 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • nickdouille (---.---.102.41) 5 septembre 2006 17:16

    Ce qui va couter le plus cher dans ce transfert, c’est ne biensûr plus le prix des licenses, mais de former le personnel à ce nouvel outil. Des personnes qui ont déjà des bases bancales avec Word, vont subir le changement de plein fouet, il faut donc les former, c’est entre ça qui va couter cher, en argent, et en temps. Il me semble que c’est un des points qui empêche une initiative de ce type à se généraliser.


    • (---.---.162.15) 5 septembre 2006 17:45

      C’est faux, Word/Excel et Open Office sont très proches l’un de l’autre pour leurs fonctions les plus utilisées, il n’y a pas de dépaysement. Le passage s’est bien passé à la gendarmerie, à ce que j’en sais, cela se passera bien ailleurs aussi.

      Il n’y a qu’une chose qui peut géner ce type d’initiative, c’est lorsque Word/Excel ont été beaucoup personnalisés par des procédures en Visual Basic, ce qui est assez rare, surtout à une large échelle.

      J’espère que les entreprises privées adopteront aussi ce nouveau standard, que chacun peut télécharger ici.

      Am.


    • Kelsaltan (---.---.178.45) 5 septembre 2006 20:49

      Que voulez-vous dire ? Que le « personnel » n’est pas en mesure de s’adapter à un environnement sinon identique, du moins similaire ? Alors peut-être faut-il envisager de changer de personnel... c’est comme ça que cela se passe dans le privé... je crois.


    • piji48 (---.---.88.180) 5 septembre 2006 17:22

      On ne peut pas dire que passer de Word ou Excel à Openoffice soit compliqué puisque c’est un clone, il n’y a que quelques commandes dénommées autrement ou placées à un autre endroit. Et pour une fois que l’administration peut montrer l’exemple en promouvant l’open source, on ne va pas s’en plaindre, quand bien meme cela nécessiterait quelques heures de formation...E t en plus y en a marre d’enrichir Microsoft.


      • (---.---.9.238) 5 septembre 2006 19:57

        Dans ma collectivité locale employeur, Open Office a été généralisé il y a 3 ans.

        Il n’y a qu’un problème : convaincre les nouveaux-venus dans la collectivité qu’ils peuvent se passer de M$.


        • Matt (---.---.109.45) 5 septembre 2006 20:21

          Attention, il s’agit de 400 000 postes migrant vers OpenOffice2, dont des postes déjà sous OpenOffice 1.

          On ne peut que féliciter tout les acteurs de ce changement et fêter cette belle victoire du libre une fois la migration terminée


          • Med (---.---.71.237) 5 septembre 2006 21:04

            Superbe initiative ! Vive le libre ! Ca permettra aussi d’aider à corriger les quelques bogues qui traînent dans l’Open office 2, et de l’aligner sur son vrai clone Star office 7.


            • (---.---.162.15) 5 septembre 2006 21:59

              Je ne comprends pas, pourquoi l’aligner sur Star Office 7

              Am.


            • John (---.---.116.108) 5 septembre 2006 22:20

              J’espère que l’administration soutiendra les développeurs du projet ... vu les économies, ce serait la moindre des choses.

              Après DADVSI smiley c’est plutôt une bonne nouvelle. Ca va peut être encourager les entreprises à considérer les solutions open source smiley


              • med (---.---.71.237) 6 septembre 2006 08:22

                En lui ajoutant, par exemple, la correction orthographique automatique et le dictionnaire des synonymes.


                • Icks PEY (---.---.232.221) 6 septembre 2006 09:35

                  Quel est l’intérêt de cet article qu’on peut retrouver partout sur les site de presse habituelle ?

                  AgoraVox a-t-il vocation à reproduire les dépêches AFP ou les communiqués officiels ?


                  • Thierry (---.---.167.29) 6 septembre 2006 10:05

                    Bonjour, on en reparle dans 2/3 ans ???


                    • Hans (---.---.220.12) 6 septembre 2006 12:26

                      Félicitons et remercions les acteurs du « logiciel libre » ainsi que les décideurs et clients allant dans son sens. L’enjeu dépasse les batailles de clocher, les polémiques langagières traitant de « logiciel propriétaire », « logiciel libre », « logiciel open source », « travail collaboratif »... L’enjeu véritable nous concerne tous : après avoir perdu la bataille du hardware et du software face aux « marketeurs » nord américains, les ingénieurs et entrepreneurs européens ont là un atout essentiel leur permettant de reprendre la main tant d’un point de vue technique que commercial sur un marché capital pour l’emploi. Ce marché du « logiciel libre » est le marché du service, des solutions clé en main, de l’ingénierie. Qu’on ne s’y trompe pas : ce marché est en passe de devenir « LE » marché incontournable. Pour preuve depuis quelques mois la multitude de rachat de TPE performantes par de grandes sociétés. Est-il besoin de rappeler les chiffres ? 70% tu PIB de la Californie (7° puissance mondiale à elle seule) est composée de sociétés innovantes comptant moins de 10 employés. La France a les moyens nécessaires lui permettant de rivaliser. Nous avons sur le sol français de très nombreux et talentueux ingénieurs auxquels le marché du service aux entreprises revient de plein droit. Certains clients (privé ou public) l’ont dores et déjà compris : faire appel à ce tissu de compétences offre des retours sur investissement fort conséquents. De plus, faire appel à ce tissu technique et economique « local » permet de garder la main sur son système d’information, donc sur des outils stratégiques pour le développement de l’économie tout entière. Ne nous y trompons pas : le marché du logiciel libre doit s’imposer face à un système qui a vécu et qui doit évoluer. Le logiciel libre, c’est faire en sorte qu’un marché reste aux mains des compétences locales et régionales. Ce marché est capital pour le marché de l’emploi et donc pour la santé économique de la France.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès