Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Ôter les voiles de la garde-robe républicaine

Ôter les voiles de la garde-robe républicaine

Un voile dit islamique n’est pas un attribut républicain, c’est ce qu’affirme Philippe de Villiers dans une interview au Figaro : « Le voile islamique est le symbole de la soumission de la femme et porte atteinte à sa dignité. C’est aussi un obstacle à l’appartenance à la communauté nationale et un instrument utilisé par des activistes qui s’attaquent aux fondements de la République. » Dans son argumentation il relève la contradiction qui fragilise la situation juridique actuelle en France. Le rapport Stasi de décembre 2003 la formulait en ces termes : le voile est parfois imposé « par la violence » aux très jeunes filles, et dans ces cas il leur offre « paradoxalement, la protection que devrait garantir la République ». Selon le président du RPF, il appartient à la République de garantir la liberté à chacun de ses membres.

Ces déclarations s’inscrivent dans le combat du Rassemblement pour la sauvegarde des valeurs chrétiennes occidentales comme ciment de la société française : « Ce n’est pas à la France de s’adapter à l’islam, c’est à l’islam de s’adapter à la France », ajoute une fois encore Philippe de Villiers, qui rappelle en outre que ce qu’il demande est déjà appliqué en Tunisie comme en Flandres, et que le secrétaire à l’Intégration allemand voit aussi dans le voile un « signe d’isolement, voire d’oppression, lorsqu’il est imposé aux jeunes filles et aux femmes ».

En août dernier, il a soutenu publiquement la propriétaire d’un gîte de Julienrupt, dans les Vosges, qui avait refusé une location à des femmes voilées, au nom de la défense des valeurs de la République. Il demande la fin de la construction des mosquées, le renoncement à la viande halal dans les cantines, reproche à Bruxelles « d’amplifier l’immigation ». Il s’adresse, comme il l’a dit à Marianne,  en « l’ultime défenseur de la République face à l’islamisme », « à tous ceux qui ne veulent pas ouvrir le débat et qui sont prêts à bazarder tout notre patrimoine juridique et éthique au nom d’une islamopholie galopante », tout en précisant : « Ce n’est pas l’islam religieux que je combats, c’est l’islam politique. »


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (100 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès