Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Paris reprend la gestion de son eau

Paris reprend la gestion de son eau

Veolia ou Suez ? A moins que Paris aujourd’hui ne choisissent une troisième voie. Comme Amsterdam, New York, Bruxelles, Rome, Paris va t-elle gérer elle-même à nouveau la distribution de son eau ? Le conseil de Paris en débat aujourd’hui.

« Le maire PS de Paris Bertrand Delanoë a présenté lundi comme "une chance à saisir" la remunicipalisation de la distribution de l’eau à Paris, un "choix politique et pragmatique" mais aussi un "choix de bonne gestion" mettant "la régulation publique au service de la productivité" » rapporte Le Monde.

« En France, rappelle France info, la gestion de l’eau sent toujours le souffre. A la fin années 80, elle a été associée à des affaires de corruption et de financement politique occulte. Aujourd’hui, les deux grands groupes privés qui se partagent la distribution de l’eau - ils desservent trois habitants sur quatre - sont accusés de profiter de leur quasi duopole pour s’octroyer des marges bénéficiaires excessives, au détriment du consommateur ».

Enfin, les élus se réapproprient la gestion de l’eau à Paris. C’est donc un jour historique pour la ville. France info explique que « Bertrand Delanoë promet des tarifs stables. Car la ville attend une économie de 30 millions d’euros par an, mais elle va les réinvestir dans son réseau ».

« En choisissant de revenir à une gestion purement publique, Paris fait un saut supplémentaire, sans pour autant utiliser l’argument d’une baisse de prix. A 2,81 euros le mètre cube, l’eau à Paris est déjà la moins chère d’Ile-de-France. « C’est un choix emblématique, reconnaît Anne Le Strat, adjointe chargée de l’eau. Cette ressource n’est pas une marchandise comme une autre. Et il m’apparaît normal qu’elle soit soustraite au privé. » Pour autant, la Ville avance aussi des arguments économiques. « Le passage en régie nous fera économiser au moins 30 millions d’euros par an, poursuit Anne Le Strat, qui se base sur des études internes.

La plus grande partie étant due à la disparition de la marge des distributeurs. » Au lieu d’être distribués aux actionnaires, les profits seront réinvestis dans le service. Seule incertitude de l’opération, la question des salariés de la Lyonnaise ou de la Générale. Ils doivent être repris par la Ville, mais un audit social doit définir combien de personnes sont concernées », précise Libération.



Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès