Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Parisot et l’UIMM, les modernes contre les anciens

Parisot et l’UIMM, les modernes contre les anciens

Laurence Parisot a-t-elle gagné la partie contre la puissante composante du Medef, l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) ? Il est encore trop tôt pour le dire, mais force est de constater que depuis qu’elle a engagé son bras de fer elle a marqué des points.

Selon liberation.fr, « contrainte (par les réactions outrées dans le monde patronal et politique) et forcée (par les attaques de la patronne des patrons, Laurence Parisot), l’Union des industries et métiers de la métallurgie, l’UIMM, a annoncé hier qu’elle allait « réexaminer les conditions du départ » de Denis Gautier-Sauvagnac (DGS), l’homme qui retirait 19 millions d’euros en cash. L’ex-président de l’UIMM ne devrait donc pas toucher l’indemnité de départ d’1,5 million d’euros que lui garantissait un accord signé avec la riche fédération des métallos. Mauvais jour pour DGS : il a aussi été débarqué de ses fonctions de délégué général qu’il conservait à l’UIMM, malgré sa mise en examen. L’autre « bête noire » de Parisot, Dominique de Calan, a également dû quitter ses fonctions de délégué général adjoint ».

Selon lefigaro.fr, « c’est parce qu’elle a tapé du poing sur la table, vite et fort, que l’UIMM a dû reconsidérer ses décisions. Elle avait lundi matin reçu le soutien du gouvernement, par la voix d’Éric Woerth, le ministre des Comptes publics, en faveur de tous ceux qui veulent œuvrer à la modernisation du pays ».

Ce n’est pas simplement une opération « main propre » qu’a mené Laurence Parisot, « elle, présidente de l’Ifop, venue du monde des services en plein essor économique. Eux, pontes de l’industrie, pivot historique des organisations patronales. Elle, derrière laquelle s’est engouffrée la majorité, heureuse de trouver à soutenir une blanche représentante du patronat et appelant à de nouvelles lois pour favoriser la "transparence" et la "déontologie du patronat". "Il faut la soutenir parce qu’elle est courageuse et qu’elle est seule face à des puissances très organisées", plaidait hier matin Yves Jégo, porte-parole de l’UMP », rappelle liberation.fr.

Laurence Parisot qui a le soutien d’Eric Woerth peut aussi compter sur François Fillon, le « Premier ministre a assuré qu’"il n’y a aucune impuissance" face à ces pratiques, estimant qu’"il n’y a de secret pour personne, on est dans un Etat de droit. On n’achète pas le silence de qui que ce soit... Ces pratiques apparaissent en pleine lumière c’est bien pour la démocratie", mais "il faut en tirer toutes les conséquences", a souligné le chef du gouvernement, qui a salué "la bonne réaction" de la présidente du Medef, Laurence Parisot », selon latribune.fr.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès