Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Rachida Dati et la rumeur de « faux diplôme »

Rachida Dati et la rumeur de « faux diplôme »

La Ministre de la Justice Rachida Dati a exprimé sur Europe 1, mardi 30 octobre, son souhait de mettre fin aux accusations qui lui sont faites à propos d’avoir tiré parti d’un diplôme qu’elle n’avait pas pour entrer à l’Ecole nationale de la magistrature en 1996 : "Je corrige quelques rumeurs ou des choses qui sont fausses. Je corrige des incorrections. Quand on parle de faux diplômes, il faut une matérialité"

Rachida Dati dément toute accusation sur cette affaire. Pourtant, un dossier administratif alimenterait le doute. En effet, des magistrats du parquet de Versailles, dans le cadre d’un rapport officiel daté du 18 novembre 1996 pour son admission à l’Ecole nationale de la magistrature, avaient notifié un MBA européen du groupe HEC-ISA. MBA européen que la Ministre de la Justice Rachida Dati n’a pas obtenu.

Que se serait-il donc passé ?

Une erreur administrative pourrait être à l’origine de ce qui serait un malentendu. Cette erreur administrative expliquerait pourquoi Rachida Dati serait rentrée à l’Ecole nationale de la magistrature en 1996 par une voie autre que celle du concours d’entrée.

En effet, il existe une procédure d’intégration directe pour les profils alternatifs : « Elle a pour objectif d’enrichir la magistrature de jeunes professionnels disposant déjà d’une expérience réussie, présentant des profils alternatifs par rapport à ceux recrutés par les concours et susceptibles de constituer un apport pour le corps. » explique la note de Jean-Pierre Bonthoux, ancien secrétaire général du parquet général de Versailles et que le cabinet a d’ailleurs diffusé

Jean-Pierre Bonthoux s’exprime en ces termes  : « En raison de la diffusion sur le site nouvelobs.com d’informations parcellaires faisant référence à la procédure d’intégration dans la magistrature de Madame le Garde des Sceaux, je souhaite apporter les précisions suivantes en ma qualité d’ancien secrétaire général du parquet général de la cour d’appel de Versailles en charge, de septembre 1996 à mai 2005, du suivi de ces procédures. (...)Madame DATI disposait de tous les éléments nécessaires de nature à permettre l’instruction de ce dossier, notamment d’une maîtrise de droit, à elle seule suffisante en terme de diplôme, pour la procédure, et a fait l’objet d’un avis favorable des chefs de cour. (...)Le rapport final fait la synthèse de l’ensemble de ces éléments objectifs et subjectifs, positifs et négatifs, de manière à donner à la commission l’information la plus complète et objective possible mais surtout une impression générale motivée sur le candidat. Par nature concis, ce type de rapport n’est pas à l’abri d’imprécisions ou d’effets réducteurs. A l’évidence, le candidat ne saurait en aucun cas être tenu pour responsable des inexactitudes dans la retranscription des informations qui y figurent, pas plus qu’il ne l’est des impressions par nature subjectives et des avis émis en conséquence dont il est l’objet. »

Il n’est donc pas écrit qu’une erreur a été commise sur cette affaire. Notons, que la Ministre de la Justice Rachida Dati va bientôt sortir en librairie : intitulé "Je vous fais juge".


Moyenne des avis sur cet article :  2.02/5   (43 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès