Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Réduction des déchets : c’est urgent !

Réduction des déchets : c’est urgent !

La ministre de l’écologie Nelly Olin souhaite et propose que les français réduisent leur quantité de déchet non recyclable de 30% en 10 ans.

On passerait ainsi de 290 kilos d’ordures ménagères non recyclées aujourd’hui à 20 kilos.

Cette proposition a été faite par la ministre de l’écologie Nelly Olin lors de la clôture des Assises nationales des déchets à La Baule.

Il est clair que la question des déchets non recyclés va devenir l’enjeu majeur des décennies à venir si la production continue à un rythme soutenu. Il serait possible selon la ministre de l’écologie de réduire progressivement la quantité de déchets non recyclés : le programme qu’elle annonce viserait 250 kilos en 2010 et 200 kilos en 2015.

Statistiquement, seulement 12% des déchets ménagers sont recyclés aujourd’hui, et 80% sont incinérés ou jetés dans des décharges.

L’objectif du programme de Nelly Olin est ambitieux mais "réalisable". Pour Nelly Olin, il faut favoriser le réemploi et développer le recyclage. Une campagne de sensibilisation sera lancée durant le mois d’octobre.

Un autre objectif de Nelly Olin est la diminution de la quantité de sacs plastiques distribués dans les grandes surfaces. En 2003, 15 milliards de sacs plastiques sont distribués, le programme qu’elle propose annonce une diminution de la moitié d’ici 2006, c’est-à-dire 7.5 milliards. Il s’agit pour la ministre de l’écologie de toucher les esprits des consommateurs qui doivent adopter de nouveaux comportements afin de comprendre que consommer mieux passe par une économie des moyens. Il faut pour cela produire moins de déchets.

Les associations de consommateurs comme l’UFC-Que Choisir ont commenté ce programme. Pour François Carlier spécialiste des questions environnementales dans l’association UFC-Que Choisir considère que ’ça ne va pas très loin". la question de la responsabilité du producteur est complètement éludée. Le consommateur est la cible alors qu’une limitation à la source permettrait une réelle diminution de la quantité de déchets. L’association préconise une contribution financière payée par les entreprises en fonction du volume de déchets émis. Même si le prix à l’achat des produits doit augmenter pour mettre en œuvre cette proposition, il faut considérer que la facture totale concernant les déchets ne fait de toute façon qu’augmenter.

Le Cercle national du recyclage (CNR) représentant les collectivités locales souhaite informer les consommateurs sur le coûts des déchets et d’incorporer celui-ci dans le prix des produits. Les consommateurs doivent pouvoir s’orienter directement vers les produits les moins polluants.

La question du recyclage risque de poser de sérieuses difficultés entre consommateurs, producteurs et organismes publics qui ont des intérêts divergents et rejettent le coûts que cela engendre.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès