Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Richard Descoings lance une réforme participative

Richard Descoings lance une réforme participative

Richard Descoings, directeur de l’Institut d’Etudes Politiques, est chargé de mission sur la réforme du lycée et des experts de l’Education nationale. Un dossier qu’il est chargé de revitaliser après le retrait du projet Darcos il y a deux mois.

Si Richard Descoings arrive à mener à bien, dans la douceur et la concertation, sa réforme, que va devenir Xavier Darcos ? Il se murmure qu’il est déjà intéresser par la Justice, poste bientôt laissé vacant par Rachida Dati. En février, Richard Descoings a mis en ligne le blog Lycée pour tous sur lequel lycéens, enseignants, parents sont invités à donner leur avis sur ce que devrait être le lycée de demain.

Ce site comporte une chaîne sur le site de partage vidéo YouTube et un blog « dans un souci d’utiliser la diversité des moyens d’expression aujourd’hui disponibles - Flux Twitter, script GoogleMap, Blogging en live ».
 
Parallèlement à ce travail de sensibilisation, M. Descoings doit rencontrer, de janvier à mai, environ 15.000 personnes dans « au moins un lycée par département ». Le site Un lycée pour tous doit contribuer à enrichir ce débat. On peut s’y exprimer par écrit ou par vidéo.

Cette initiative, indéniablement, donne un coup de jeune à ce qu’il faut bien, désormais, appeler la réforme Descoings.

Pour autant, le directeur de Sciences Po ne compte pas devenir ministre de l’éducation. Il est vrai que sa position actuelle est bien plus confortable. Il préfère rencontrer lycéens et enseignants, il leur consacre d’ailleurs plus de temps de Xavier Darcos (mais son calendrier n’est pas celui d’un ministre).

Une manière de fonctionner qui enchante le ministre « Nos relations sont excellentes. Nous nous connaissons depuis longtemps. On échange, on s’appelle, explique Xavier Darcos dans lefigaro.fr, on se voit toutes les semaines. Richard fait ce qu’on lui a demandé ». Mais le ministre modère tout de même : « La question, c’est de savoir comment cette concertation va se transformer en projet. C’est là que la difficulté se présente. »




Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès